Blood Island (Bedevilled)

Blood Island (Bedevilled)

Titre original: 
Kim Bok-nam Salinsageonui Jeonmal
Pays d'origine: 
Corée du sud
Genre: 
Thriller
Éditeur français: 
Distrib Films
Date de sortie originale: 
2010
Date de sortie en France: 
2011
Durée: 
115 minutes
Support: 
DVD
Bonus: 
Présentation par Charles Tesson

Avis

Avec Bedevilled, je m'attendais à un truc trop trash. Sa réputation le précédait :- Et l'affiche est évocatrice :p 

Le film commence à Séoul. Une employée d'agence bancaire est sous pression. Elle a assisté à une agression mais refuse de témoigner, ça se passe mal au boulot, elle agresse une collègue. Elle est mise en congé. Du coup elle ne sait pas quoi faire, se pinte à la Guinness. Elle se rappelle qu'une amie d'enfance, vivant sur une île, lui avait proposé plusieurs fois de venir. Elle décide de s'y rendre... 

Le réalisateur, dont c'est le premier film, joue avec nos attentes : on imagine que c'est elle, cette séoulienne bien proprette et soumise, qui va devenir un berserk et qu'on va retrouver sur l'affiche du film, ébouriffée, tenant une serpette d'une main, et une tête de l'autre. Et bien non !  

Elle débarque sur une île de 9 habitants, composée de la patriarche, trois autres mamies, un vieux gateux, deux hommes adultes, et une petite fille, et donc une jeune femme. Celle-ci est la bonne à tout faire de la famille : elle se tape les travaux aux champs, la bouffe, soulage sexuellement son mari, quand elle ne se fait pas violer par son bof, son mari la bat, ou humilier lorsque son mari a recours aux services d'une prostituée d'une autre île. Elle est traitée comme de la merde, comme une esclave. C'est d'elle dont parle film, ce qu'exprime le titre original : Kim Bok-nam Salinsageonui Jeonmal (L'histoire des meurtres de Kim Bok-nam ). D'ailleurs, l'affiche originale annonce plutôt un film d'horreur fantastique (genre Ring), mais sans élément fantastique :  

Le film est, en fait, assez tranquille, du moins la majeure partie. Les oiseaux chantent, l'herbe est verte, la musique est douce, malgré la dure situation de Kim Bok-nam, qui va empirant. La tension augmente graduellement, jusqu'à l'explosion.  

J'ai lu beaucoup de commentaire annonçant qu'il s'agissait d'un film culte, que c'était génial etc. Je serai plus nuancé. Le film est bien réalisé, les scènes à la serpette sont réussies... comme dans beaucoup d'autres thrillers coréens (cette semaine par exemple, Rainbow Eyes m'a comblé,a lors qu'il ne paye pas de mine). L'intérêt de ce film, c'est surtout de renverser un code du genre : le petit citadin n'est pas poursuivi par un tueur psychopathe attardé. C'est au contraire une fille de la campagne qui va péter un câble, et renverser la situation, renverser la situation de domination. La peur change de camp.  

L'édition DVD est maigrichonne : le film en français et en coréen, et quelques minutes d'interview de Charles Tesson de très mauvaise qualité. Celui-ci revient sur un aspect qui ne m'avait pas marqué pendant le film : l'homosexualité féminine, et la dénonciation de la condition féminine.  

Un bon ptit film. 

Docteur Spider, 28/12/14

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici