Avalon

Avalon

Titre original: 
Gate to Avalon
Pays d'origine: 
Japon, Pologne
Genre: 
Science-fiction, action, trhiller, drame
Éditeur français: 
Studio Canal
Date de sortie originale: 
2001 (20 janvier au Japon) - 2002 (12 avril en Pologne)
Date de sortie en France: 
2002 (le 27 mars)
Durée: 
1h46
Support: 
Cinéma, TV, DVD
Prix: 
30€

Avis

Il y avait des années qu'une amie m'avait prêté le DVD de ce film, sans que je prisse le temps de le regarder. Je gardais l'idée en tête de le regarder, curieuse de voir ce que donnait le travail de Mamoru Oshii, avec des vrais acteurs et une collaboration avec la Pologne. Après avoir un peu oublié la chose, je me lance enfin. 

La patte de Mamoru Oshii est tout à faire reconnaissable, on y voit facilement l'héritage de Ghost in the Shell. Avalon nous plonge dans un monde futuriste, sombre, aux côtés d'une héroïne froide et très réputée qui évolue seule (et qui a des airs de Milla Jovovich). Le film est très contemplatif avec de longs silences et plans fixes qui mettent en valeur la solitude de l'héroïne. Le filtre de couleur sépia m'agaçait un peu. Bien que réussit pour assoir une ambiance, ce procédé à mes yeux relève de la facilité pour créer une ambiance, cependant, il trouve un peu sa justification à la fin du film, donc je ne vais pas m'étendre sur le sujet. Il y a aussi quelque chose de très intimiste dans la mise en scène. On entre dans le quotidien d'Ash, qui n'a que peu de contact avec d'autres personnes et les décors se révèlent par moment assez dépouillés. Les effets spéciaux ne sont pas mirobolants, juste corrects. N'oublions néanmoins pas que le film date de 2001 et qu'il n'est pas une production blindée hollywoodienne. L'accompagnement musical est très beau.
Au niveau de l'histoire, j'ai un peu le même sentiment qu'en regardant récemment Blade Runner (l'ancien film). Le scenario avance lentement, j'avais du mal à vraiment m'immerger dedans, mais la fin renverse la tendance. Je me suis un peu ennuyée la majeure partie du temps, l'histoire reste très mystérieuses. Le film développe très peu les autres personnages que l'héroïne et décrit très superficiellement son univers. On sait que l'humanité vit dans des contraintes certaines, puisqu'il est mentionné que manger des aliments authentiques demeure un luxe. Mais on n'en sait guère plus. Le système de jeu d'Avalon n'est pas non plus très détaillé, à part l'existence de classes différents de joueurs, on ne voit pas trop de quoi il en retourne. La dénouement pose des questions intéressantes sur des notions de réalité qui ont de quoi faire penser à Matrix (mais je n'en dis pas plus). En revanche, l'histoire de "Ghost" m'est passée complètement par-dessus la tête. Et bonjour le gros placement de produits juste au début de la dernière partie du film XD 

Si la réalisation d'Avalaon est assez belle, j'ai plus de réserves concernant l'histoire. Ça reste un film intéressant. 

Hanoko, le 07/01/2018

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici