Voyage (Le)

Voyage (Le)

Titre original: 
Tabi (旅)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Fantastique, aventure
Éditeur français: 
Forum des Images
Date de sortie originale: 
1973
Date de sortie en France: 
2012 (le 25 mars)
Durée: 
12 minutes (version normale), 3min45 en version courte
Support: 
Cinéma, DVD

Avis

Le Voyage demeure probablement le film le plus étrange du réalisateur. 

Nous suivons les pérégrinations d'une japonaise qui voyage à l'étranger. Déjà le pays où elle arrive est assez difficile à déterminer, européen de toute évidence. Après son atterrissage, elle débarque dans des constructions oniriques, parsemés d'éléments éparses. Les symboles bibliques ne manquent pas et les compositions visuelles nous donnent l'impression de se retrouver tout droit projeté dans des oeuvres de Salvador Dalí. D'ailleurs, on trouve de nombreuses références à d'autres peintres célèbres de l'histoire de l'art, mais étant un peu cancre, je n'ai plus les noms qui me viennent à l'esprit. Le tout sur un Toccata et Fugue en Ré Mineur revenant à plusieurs moments du film.
Elle rencontre un premier personnage qui la conduit dans des dédales. Puis beaucoup de choses singulières arriveront à notre touriste... Qui ne se laisse pas tellement impressionner en plus.
J'admets que le sens de cette oeuvre m'échappe un peu, à moins qu'il n'y en ait pas réellement et que le but de Kawamoto Kihachiro était d'éveiller le regard du public japonais à des pans de culture occidentale. Il existe une version courte du film. Déjà que je n'ai pas trop suivi en version "longue" si je puis dire étant donné qu'il s'agit d'un court-métrage, alors la courte a peu d'intérêt.
Pour le Voyage, le réalisateur emploie le même procédé que pour Vie d'un poète (La), des dessins découpés qu'il anime dans ses décors. Ici, il apporte tout un travail de volume assez impressionnant. Déjà, on retrouve une très belle qualité de dessin, même si je ne suis pas fan de character design. Ensuite je suis bluffée par son travail de rendu de perspective. Comment a-t-il rendu son impression de profondeur quand son héroïne évolue dans les décors en s'éloignant et se rapprochant de la camera? En plus il ne semble pas qu'il ait dessiné ses personnages pour chaque changement de profondeur.  

Avec ce film, nous sommes plus dans un voyage graphique et artistique qu'autre chose. C'est chouette mais ça ne m'a qui m'a beaucoup touchée. Un film trop intello. 

Hanoko, le 03/06/2016

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici