Tirer sans Tirer

Tirer sans Tirer

Titre original: 
Fusha no Sha / bù shè zhī (不射之射)
Pays d'origine: 
Japon, Chine
Genre: 
aventure, philosphique
Éditeur français: 
Forum des Images
Date de sortie originale: 
1988
Date de sortie en France: 
2003
Durée: 
25 minutes
Support: 
Cinéma, DVD

Avis

Pour la petite histoire, le réalisateur qui avait en tête le projet de ce film des années avant 1988, n'avait pas trouvé de studio japonais acceptant de financer ce film. C'est le Studio d'animation de Shanghai qui lui proposa de réaliser Tirer Sans Tirer. Heureusement donc que la Chine a sauvé ce film, ce nous fait donc une autre belle oeuvre au palmarès de Kihachirô Kawamoto, bien que je n'ai pas accroché vraiment pour ma part. 

La réalisation reste très belle, mais elle me semble moins fine et aboutie que dans ses autres films. On y retrouve tout le superbe travail de création de marionnettes, chacune unique, ainsi que leur animation très riche. Mais j'ai l'impression que la finition des marionnettes n'est pas aussi impeccable qu'à l'accoutumée. De plus j'ai trouvé le jeu d'ombres et de lumière légèrement moins subtile que pour ses autres films. Mais tout cela reste en comparaison de ses autres oeuvres. Le film pour lui-même reste très beau.
Quant au scenario, nous avons toujours un degré minimum qualitatif à travers les films de Kihachirô Kawamoto qu'il fait du bien de retrouver à chaque fois. J'aime beaucoup tout le cheminement du héros dans son apprentissage du tir à l'arc, les degrés de difficulté des exercices aussi bien physiques que psychologiques qu'il doit suivre. Le film est une grande source de sérénité et d'énergie positive car l'histoire reste toujours optimiste et emplie de sagesse et elle nous offre une petite leçon d'humilité.
[!]Attention spoil[!] Le héros, une fois qu'il a atteint le sommet de son art, ne tombe pas en déprime car la fin de cette quête ne laisse pas un vide dans son coeur mais une paix intérieure, comme si il pouvait « partir à la retraite » l'esprit tranquille. De quoi raisonner tous les passionnés. Toutefois, l'art du maître archer Gan Ying sort un peu de nulle part. Pour le coup, j'ai eu un regard peut-être trop terre-à-terre, donc je n'ai pas trop cru à son arcane suprême. De plus, j'aurais bien aimé voir quelle tournure aurait pris Tirer Sans Tirer si le héros avait échoué. Il était tellement attaché à son but qu'on se demande ce qu'il sera advenu de son moral et sa détermination après avoir échoué. [!]Fin spoil[!]

Un film très bien réalisé et de beaux messages véhiculés même si j'y ai moyennement adhéré sur la forme. 

Hanoko, le 06/07/2016

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici