Sensualist - l'Empereur des Sens

Sensualist - l'Empereur des Sens

Titre original: 
Koushoku Ichidai Otoko (好色一代男)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Érotique, humoristique, drame
Éditeur français: 
A.T. Production - Antarès & Travelling
Date de sortie originale: 
1991 (le 18 janvier)
Date de sortie en France: 
1991
Durée: 
55 minutes
Support: 
Cinéma, TV, VHS
Prix: 
10€ en occasion

Opening/Ending

Génériques composés par Ishikawa Keiju

Avis

Sensualist – L'Empereur de Sens, un film érotique aux allures d'estampes traditionnelles. Amatrice de curiosité en tout genre, c'est donc sans hésitation que je me lance dans ce film après en avoir entendu parler sur la toile.  

En commençant le film, je découvre tout d'abord qu'Eichii Yamamoto est aux commandes pour le scenario, qui avait travaillé sur Belladone de la Tristesse (La). Il y a donc un savoir-faire certain et m'est avis qu'il a participé à plus que le seul scenario ;).
Mais ce sera d'ailleurs le scenario l'élément qui me surprendra le plus dans le film. Je m'attendais à un film très onirique, très lent et contemplatif tel 1001 Nights version Japon traditionnel. Mais le scenario est étonnement comique étant donné que le héros est un personnage pataud, grossier et caricatural et sa mésaventure qui déclenche l'histoire est tout aussi saugrenue. La surprise de la tonalité du film ne le rend pas moins pertinent pour autant.
En effet, les oeuvres coquines, anciennes ou non, adoptaient souvent un ton léger qui pour représenter les ébats folâtres des personnages dessinés. En cela, le film reste en parfaite adéquation. 

Sensualist - L'empereur des Sens tient toutes ses promesses en terme de beauté visuelle. Nous avons là une pleine prouesse graphique: Ce film n'est pas un dessin animé mais une estampe animée. Le character design, les décors, les couleurs, le trait, tout contribue à l'esthétique exceptionnelle du film dont on se délecte du début à la fin. Les scènes de sexe sont nombreuses, plutôt longues mais exceptées quelques caresses, tout se fait dans la métaphore. On reste dans l'érotique, jamais de passage à la pornographie et les pénétrations sont la plupart du temps imagées. Des figures plus ou moins abstraites qui rappelleront le style de celles dans Belladone de la Tristesse (La) d'ailleurs (en version douce ici).
Tout ce raffinement se conjugue cependant avec beaucoup d'humour, à l'instar de l'histoire. À nouveau le character design du héros, les mimiques amusantes de certains autres personnages, font parfaitement à cette volonté de double ambiance : comique alterné à la sensualité. 

Tout au long du film est comptée par intermittence l'histoire d'un autre personnage, Yonosuke le maître de Jyuzo. Dommage toutefois que cela ait un impact très réduit sur l'intérêt de l'histoire qui offre finalement très peu d'attention à la vie de Yonosuke. Ce récit semble donc sortir un peu de nulle part, tant pis. 

Sensualist – L'Empereur de Sens offre une magnifique expérience esthétique, tout en proposant des moments drôle qu'on attendait pas forcément. L'aspect dérisoire de son histoire empêchera peut-être de se passionner réellement pour ce film mais pour tout amoureux d'animation ou d'estampes, Sensualist – L'Empereur de Sens mérite toute l'attention. Si un jour en ressort une version remasterisée, je reverrai ce film volontiers. 

Hanoko, film vu, le 28/05/2015

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici