Mutafukaz

Mutafukaz

Titre original: 
Mutafukaz
Pays d'origine: 
France, Japon
Genre: 
Action, comédie, thriller, merveilleux
Éditeur français: 
AB Vidéo
Date de sortie originale: 
30 octobre 2017 (Festival international du film de Tokyo), 12 octobre 2018 (cinéma)
Date de sortie en France: 
13 juin 2017 (Festival international du film d'animation d'Annecy), 23 mai 2018 (cinéma)
Durée: 
1h33
Support: 
Cinéma, DVD, blu-ray
Prix: 
14,99€
Bonus: 
Rencontre avec le Studio 4°C (partie 1 et 2), Le travail avec le Studio 4°C et Bande-annonce

Opening/Ending

Opening: "Acelera" d'Angel Doze

Ending: "Grave of broken dreams" par Mat Bastard et "De la calle Mutafuka'" de Carlos Milan Rosa

Avis

Je n’ai jamais lu les Mutafukaz, mais une collaboration franco-japonaise sur un film d’animation avait forcément de quoi piquer ma curiosité.

 

Après une introduction à la Bossu de Notre-Dame de Disney (un peu bof), on plante le décor: une ville craignos en mode ghetto, un trio d’ami à la vie peu reluisante et qui cherchent juste à éviter les ennuis, des gens qui se castagnent à tout bout de rue. Tout ça dans la légèreté et la bonne humeur. L’animation est de haute volée, avec des décors fourmillant de détail, une patte graphique très marquée, entre le graph et le comics, des plans et des mouvements très dynamiques. On peut également compter sur un accompagnement musical idéal pour le genre, entre rap, reggaeton et électro. Qu’on aime ou pas, ça fait son effet! Et des dialogues et doublages vraiment sympa pour accentuer l’humour. Les références à la pop culture ne manquent pas non plus, en tout genre, et utilisées à bon escient.

Malheureusement, progressivement, l’histoire tourne vers quelque chose de très cliché et beaucoup trop solennelle par rapport à ce que l’on nous promet au début. Le scenario multiplie les scènes d’action, certes bien fichues, mais inutiles. Beaucoup de personnages demeurent sous-exploités et ceux au premier plan sont des stéréotypes:

Ça devient hyper sérieux et ennuyeux et tout le fond de l’histoire ne parvient pas vraiment à nous intéresser. Seules les quelques interventions inopinées dans gangs bagarreurs de Palm Kill viennent ajouter un peu de surprise, mention spéciale au boss et ses citations de Shakespear en pleine fusillade %).

 

Ce film d’animation vaut le coup pour son ambiance globale vraiment barrée, dommage que l’histoire devienne si passe-partout.

 

Hanoko, le 02/06/2019

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici