Mardock Scramble

Mardock Scramble

Titre original: 
Mardock Scramble
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
SF, action, drame
Éditeur original: 
Aniplex
Éditeur français: 
Kazé
Date de sortie originale: 
2010
Date de sortie en France: 
2012
Durée: 
1h environ pour chaque film
Support: 
Cinéma, DVD, blu-ray
Prix: 
29,90€
Bonus: 
Director's cut

Opening/Ending

Ending : Amazing Grace - Minako Honda

Avis

"La première chose qui saute aux yeux lorsque l'on se met à regarder Mardock Scramble, c'est sa beauté graphique. Très réaliste, l'accent est porté aux effets de lumière et aux couleurs éclatantes. Le chara-design est judicieux, vraiment très poussé. Le détail est au rendez-vous, tout comme le dynamisme dans les scènes d'action. Je signale par contre que la violence et le sexe sont très présents. Du sang, de la nudité à peine censurée, cet anime n'est pas pour les enfants. L'univers futuriste est bien dépeint sans tomber dans le stéréotype des voitures volantes et des portails de téléportation. J'adore le rendu des décors, surtout les immeubles éclairés.
L'histoire aurait pu tomber dans le classique « t'as pas le choix, t'es le héros, donc tu m'aides contre les méchants ». En fait, si Balot est effectivement mêlée malgré elle à une histoire épique contre les vilains, elle a le choix de refuser. Son histoire de vie est terrible mais reste hélas très réaliste. Elle va devoir témoigner à un procès grandiose, dévoiler sa vie, et s'exposer aux représailles de ceux qui l'ont déjà tuée une fois. Du coup, elle est assistée par une espèce de robot bionique et n'hésitera pas à donner de sa personne pour se défendre. Ce qui est très intéressant, c'est justement cet aspect de l'histoire qui reste très réaliste et logique. Balot ne veut pas spécialement s'exposer, elle a peur pour sa vie et réagit souvent comme une gamine de son âge (15 ans). Mais en même temps, elle aime se sentir grisée par le combat et ses nouvelles capacités. En gros, cela ne fait pas comme dans beaucoup d'animes où le héros malgré lui gère toutes ses émotions au poil de fesse et garde un self-control illogique si l'on est humain. C'est ce que j'aime dans Mardock Scramble.
Les autres personnages ne sont pas en reste. oeuf-Coque est souvent représenté sous forme de souris dorée, mais il peut prendre toutes les formes possibles et inimaginables. Son histoire est très intéressante. Nous avons aussi certains méchants, effrayants au possible et pourtant si captivants… Et comme l'univers est futuriste, avec son lot de technologies biogénétiques, les possibilités sont infinies. Voyez donc notre méchant en titre qui peut conserver ses souvenirs sur carte mémoire et supprimer ceux embarrassants, ou encore cet espèce de porc qui se greffe les seins de ses victimes…
La bande-son est très bien choisie, tout comme les voix. La voix fluette de Balot aurait pu paraître décalée, mais elle colle finalement bien à cet enfant un peu naïve. L'ending est une chanson que je connais déjà, je crois que c'est l'hymne américain chanté en japonais (à confirmer).
Seul bémol, à mon avis, c'est la fin de ce premier film qui fait rager : on veut la suite, tout de suite, maintenant ! Notons enfin des noms et prénoms un peu ridicules, souvent en anglais, qui sonnent plus surnoms qu'autre chose. Rien que oeuf-Coque et Rune-Balot…
En bref, un super anime très dur, très sombre, mais tellement agréable à suivre… Du grand art, à mon avis. Pas pour les enfants cependant." 

DDG, le 13/02/12

Edit : "Après avoir vu les trois films, je suis un peu déçue par Mardock Scramble. Si le premier donnait vraiment envie (voir mon avis précédent), les suivants nous perdent un peu. Visuellement, c'est toujours une super claque, colorée et dynamique. Niveau histoire, ça part un peu en quenouille, surtout dans le second film, où l'on se perd complètement. Le monde où notre héroïne se trouve devient psychédélique, avec des dauphins bizarres et des évènements... improbables. Pas mal de combats dans ce film-là, avec beaucoup de violence.
Ce second film se termine dans un casino, avec une partie de Black Jack particulièrement endiablée. Cette partie se continue dans le troisième et dernier film, ce qui donne à l'ensemble un côté très lent, voire ennuyeux. La partie de Black Jack est présentée comme telle, plutôt fidèle à ce que je peux connaître du jeu. On ressent la tension et la pression des joueurs, mais au final, on s'en fiche un peu. Le film revient par la suite dans les traces du premier, avec toute une histoire autour des souvenirs, du passé, et de ses conséquences.
En somme, l'anime retrouve sa fougue et son intérêt avec la toute fin de l'histoire. Dommage que le milieu soit si ennuyeux. Ceci étant dit, cet anime reste de très bonne facture." 

DDG, le 24/06/2014, tout vu.

Même genre : Kara no Kyoukai - The Garden of Sinners.

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Mardock Scramble / Mardock Scramble (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Mardock Scramble / Mardock Scramble (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Mardock Scramble / Mardock Scramble (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Mardock Scramble / Mardock Scramble (Films d’animation)

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici