Maquia, When the Promised Flower Blooms

Maquia, When the Promised Flower Blooms

Titre original: 
Sayonara no Asa ni Yakusoku no Hana o Kazarō (さよならの朝に約束の花をかざろう)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Merveilleux, drame, tranche de vie
Éditeur original: 
Bandai Namco Arts
Éditeur français: 
All the anime
Date de sortie originale: 
24 février 2018
Date de sortie en France: 
12 juin 2018 (festival d'Annecy) - 29 mai 2019 (DVD/blu-ray)
Durée: 
1h54
Support: 
cinéma, DVD, blu-ray
Prix: 
49,99 € (combo blu-ray/DVD)
Bonus: 
livret 80 pages, 1 poster, livret contenant un scénario alternatif écrit par Mari Okada

Opening/Ending

Ending: "Viātor" by rionos

Avis

La première chose qui frappe en commençant ce film demeure la qualité d’animation. Dès les premières séquences, le film nous en met plein la vue avec la splendeur des décors et une animation léchée. Les amateurs de Makoto Shinkai ou des animes du studio Kyoto Animation trouveront largement leur compte ici.

Le film démarre avec une ambiance toute douce, avec des personnages vivant dans un petit havre de paix qui hors de toute préoccupation du reste du monde. Et patatras, le monde de Maquia est détruit, elle doit fuir et se rebâtira une nouvelle vie par la force des choses.

 

Maquia alterne entre passages dramatiques et mouvementés pour le sauvetage de Leilia et plus posés et émotionnels, pour la description du quotidien de Maquia et de sa relation avec les autres personnages. Le côté émotionnel du film demeure assez réussi, même si la mise en place m’a beaucoup ennuyée. En effet, le film installe un univers fantastique assez intéressant, pour au final surtout se porter sur la quête de Maquia à vouloir devenir une bonne mère. Une frustration qui m’a rappelé mon sentiment sur le Château Ambulant (Le). Forcément, quand on n’est pas vraiment porté sur les œuvres émotionnelles mais plus sur l’aventure et l’action, on se sent un peu floué de nous promettre une épopée au début mais qui restera seulement survolée. C’était un peu pile ou face.

Pour autant, le scenario du film n’est pas mauvais et tient la route. Maquia n’a pas le tempérament de mener la lutte comme certains autres personnages. L’alternance entre le cheminement de sa nouvelle vie et les quelques éclats d’action fonctionne plutôt bien. Et à force, le parcours de Maquia ainsi que la réflexion du la vie finissent par nous toucher. Cependant, j’aurais aimé que les autres personnages, intéressants eux aussi, soient mieux développés, tout reste trop centré sur l’héroïne à mon goût. Pas mal de moment auraient pu être écourtés pour laisser plus de place aux autres personnages. Mais je suppose qu’il faut s’en remettre à notre imagination, à partir des éléments suggérés çà et là.

 

Maquia est un film à la réalisation splendide. Bien que je n’ai pas été vraiment séduite, je lui reconnais ses qualités. Pour un premier film en tant que réalisatrice, en tout cas Mari Okada frappe fort. 
Pour poursuivre dans la thématique, testez To Your Eternity.

 

Hanoko, le 30/06/2019

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Maquia, When the Promised Flower Blooms / Sayonara no Asa ni Yakusoku no Hana o Kazarō (さよならの朝に約束の花をかざろう) (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Maquia, When the Promised Flower Blooms / Sayonara no Asa ni Yakusoku no Hana o Kazarō (さよならの朝に約束の花をかざろう) (Films d’animation)

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici