Maison en flammes (La)

Maison en flammes (La)

Titre original: 
Kataku (火宅)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
drame, romance
Éditeur français: 
Forum des Images
Date de sortie originale: 
1979
Date de sortie en France: 
2003
Durée: 
19 minutes
Support: 
Cinéma, DVD

Résumé des épisodes

Avis

Dans la continuité de Temple Dôjôji (Le), nous propose une histoire et un style dans la même veine. Mais on peut voir qu'il a poussé encore un cran au-dessus en termes de réalisation. 

On y retrouve toute la richesse et la qualité d'animation de ses marionnettes à travers leurs mouvements, qui représentent à eux-seuls aussi bien les déplacements physiques des personnages que leur expressivité, conjuguée avec les excellents jeux de lumière. La Maison en flammes inclue cette fois comme nouveauté des éléments de décors et des animaux que le réalisateur a fabriqués et non seulement dessinés. Des meubles, des branchages, des oiseaux, des chevaux… Ainsi l'immersion dans le film est plus poussée encore.
L'histoire de ce film est belle et tragique. Toutefois, je me suis sentie légèrement moins concernée que dans le Temple Dôjôji pour reprendre cet exemple. C'est probablement dû au fait que nous découvrons toute l'histoire à travers la narration du héros, qui nous conte son voyage et le récit de la vie d'Unai-Otome. Contrairement à son prédécesseur, sans parole, ici tout nous est dit. Cela ne retire pas du charme au film pour le fait d'être raconté en flash-back, mais on se sent peut-être plus distant, moins imprégné de cette histoire car l'image ici tant plus vers de l'illustration. Il y a moins besoin de se concentrer pour comprendre la gestuelle des personnages. Après, la narration orale et l'image s'équilibrent tout de même assez bien mais la formule m'a un peu moins séduite. D'autant que l'ajout de la narration aurait été l'occasion aussi de développer davantage la personnalité de tous les personnages, et pas uniquement celle d'Unai-Otome, je pense surtout au guerrier et au poète. Quelques petits détails demeurent tout de même inexpliqué comme [!]Attention Spoil[!] la raison pour laquelle Unai-Otome se fait plonger dans les flammes. S'agit-il d'un purgatoire destinée à la purifier de tous ses sentiment de culpabilité, de remords, de tristesse, de dépit, avant qu'elle puisse accéder au repos? D'autant que le narrateur nous dit lui-même que c'est un fait inattendu, donc une alerte "attention, posez-vous des questions ici", pas très subtile donc.[!]Fin du spoil[!]
De plus de manière plus globale, peut-être que je suis un tout petit peu moins éblouie une fois passé le cap de la découverte de l'oeuvre de Kawamoto Kihachirô. Tout est bien sûr relatif. 

En tout cas, La Maison en flammes reste un très beau film où la technicité du réalisateur atteint des sommets. 

Hanoko, le 04/06/2016

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici