Liz et l'oiseau bleu

Liz et l'oiseau bleu

Titre original: 
Liz to aoi tori (リズと青い鳥)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Shoujo-ai, tranche de vie, musique
Éditeur original: 
Pony Canyon
Date de sortie originale: 
21 avril 2018
Date de sortie en France: 
juin 2018 au Festival d'Annecy (sous le titre Liz and the blue bird) - 17 avril 2019 (cinéma)
Durée: 
1h30
Support: 
Cinéma, TV, DVD, blu-ray
Prix: 
7800¥ (blu-ray HT), 6800¥ (DVD HT)

Avis

En commençant ce film: "ooooh c’est beau! Du Kyoto Animation tout craché"
Huit minutes après: "ok elles sont enfin arrivées dans la salle de musique."
Vingt-cinq minutes après: "mais est-ce qu’il va un jour se passer quelque chose dans ce film?"

 

Voilà, vous l’aurez compris, ce film m’a ennuyée profondément. Les personnages, l’histoire quasiment inexistante, l’ambiance gnangnan à souhait… Je dois être beaucoup trop terre à terre pour apprécier ce genre de film, ou juste un peu trop blasée par l’animation japonaise mettant en scènes des poupées avec des voix puériles.

L’histoire peut se réduire en dix minutes, facilement. Toutes les lenteurs volontaires pour installer une ambiance ne sont à mes yeux qu’une extension artificielle de ce scenario, rendant le film soporifique. Le parallèle avec le comte (fictif) Liz et l’Oiseau Bleu vient surenchérir inutilement sur la période que traversent les protagonistes. Inutilement car les indices qu’il apporte explosent d’évidence par rapport à l’histoire principale. Voilà parfaitement le genre de film quitte ou double, si on n’aime pas le style, rien ne peut rattraper le reste.

Les deux héroïnes et leur développement psychologique pourtant central, sont creux. Leur petit différend ne m’a pas touchée pour un sous, encore une fois à cause du rythme. Il met tant de temps à arriver qu’on se dit "tout ça pour ça". Et concrètement, les autres personnages ne servent qu’à meubler, aucun n’a une réelle importance, que ce soient les autres élèves et les profs. D’ailleurs pourquoi ne mettre en scène que des filles? Pour le fan service? Sauf erreur, le film ne précise pas que leur lycée est non-mixte. Enfin, ce n’est pas comme si c’était vraiment dommageable, car les personnages secondaires ne semblent pas spécialement intéressants non plus.

Le film aurait pu trouver grâce à mes yeux si au moins le côté musical avait été mieux mis en valeur, mais lui aussi se range dans la catégorie accessoires du film. On ne voit pas du tout le vrai côté répétitions, avec ses fausses notes, ses ratés, l’abnégation des élèves pour réussir, etc. Rien de tout ça. On les voit jouer un petit peu par-ci par-là. Et même quand l’orchestre joue ensemble, timide, on a l’impression qu’elles sont peut-être cinq ou six à jouer dans la salle, pour un morceau lui-même ennuyeux.

Alors oui, le film est beau visuellement. On sent le savoir-faire du studio, dont la patte graphique transparaît très vite. Au début j’ai été émerveillée par la richesse des décors, qui ne sont que de simples rues et bâtiments du lycée. Et la narration du conte offre l’occasion aux animateurs de proposer des séquences plus picturales. Mais même ces qualités du début ont fini par me saouler. J’en avais marre de voir ces jupes et ces mèches de cheveux des filles virevolter à moindre occasion, les gros plans sur les yeux, les focus répétés sur les jambes. Bref, c’est pourtant pas ecchi mais je sature quand même.

 

Si vous aimez les œuvres parlant de musique, il y a bien mieux que ça. Si vous aimez des œuvres parlant de relations entre lycéen, ben pareil. Si aimez les beaux films pourquoi pas, mais pourquoi il y a en bien d’autres somptueux avec un prime une vraie histoire. Pourquoi s’infliger celui-là?

 

 

Hanoko, le 31/12/2018

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Liz et l'oiseau bleu / Liz to aoi tori (リズと青い鳥) (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Liz et l'oiseau bleu / Liz to aoi tori (リズと青い鳥) (Films d’animation)

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici