Cencoroll

Cencoroll

Titre original: 
Cencoroll
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Fantastique, action, lycée
Date de sortie originale: 
2009
Date de sortie en France: 
pas de licence
Durée: 
30 minutes
Support: 
Cinéma, TV, DVD, fansub

Avis

"Suis-je encore tombée sur un OVNI de l'animation japonaise ? Fort possible.
Cencoroll, c'est l'histoire de lycéens qui se chicanent à coups de monstres mous et aux pouvoirs particuliers. L'un, Cenco, se transforme à l'infini, un autre peut devenir invisible. Un jeune inconnu (je crois qu'on ne connait pas son nom du tout) veut faire de Cenco son troisième monstre alors qu'il possède déjà celui qui devient invisible et l'énorme qui trône sur un immeuble. C'est ce dernier qui attire l'armée à le déloger, encore une fois visiblement. Bien que ce ne soit pas explicite, il semblerait que les apparitions de monstres mous soient courants dans cette ville. Certaines personnes peuvent les contrôler, comme Tetsu, maître de Cenco. Tout irait pour le mieux si Yuki ne déboulait pas pour se mêler des affaires de Tetsu. D'autant que Cenco semble beaucoup apprécier la jeune fille. Je m'arrête là, évitons de spoiler.
Ainsi donc, l'histoire tourne autour de monstres, surtout Cenco qui est transformiste extrême. On obtient des combats entre monstres très étranges, une grosse agrafeuse contre une espèce de poulpe géant par exemple. Dans le genre, Fuli Culi (FLCL) fait plus barge, mais Cencoroll est quand même pas mal placé dans la liste des animes d'auteur. Le public, du coup, s'en trouve réduit. Il se peut fort que vous n'appréciez pas le style, que ce soit graphique ou scénaristique. Personnellement, ce genre de produit est dans mes cordes.
Graphiquement, c'est assez épuré, voire spécial. Des dessins uniquement à la main, des décors en aplat de couleur sans contour, ça donne le ton, c'est spécial. Le chara-design des monstres est juste génial, j'aimerai bien avoir un Cenco chez moi. Enfin, s'il évite de manger ma chambre.
Il faut savoir que cet anime a été fait presque uniquement par l'auteur du manga dont il est inspiré. ça force le respect quand on sait le travail que ça doit représenter. Cela justifie aussi la patte particulière imprimée à l'anime.
Musicalement, c'est presque le néant, deux-trois thèmes de ci de là, des bruitages et puis basta. L'ending est spécial mais j'aime bien. C'est du pop assez électrique, un peu déphasé à côté de l'anime, mais pourquoi pas. 

Voilà, en bref, un anime fort attrayant mais qui ne plaira pas à tout le monde à cause de son originalité." 

DDG, le 27/03/10, film vu.

Dans le genre barge, retrouvez aussi Eternal Family.
Graphismes dans le même style : Windy Tales.

Wallpapers

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici