Bayonetta Bloody Fate

Bayonetta Bloody Fate

Titre original: 
Bayonetta Bloody Fate
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Action, fantastique
Date de sortie originale: 
2013 (le 23 novembre)
Date de sortie en France: 
non licencié
Durée: 
1h30
Support: 
Cinéma, DVD, Blu-ray
Bonus: 
Livret, OST, courts-métrage et autres (pour la version collector japonaise)

Opening/Ending

Ending: "Night, I stand" par Mai

Avis

Le succès du jeu Bayonetta n'est plus à prouver et tôt ou tard il aurait forcément bénéficié d'un portage sur un autre support. J'aurais plus souhaité voir un film avec de vrais acteurs, mais on attaque fort quand même avec un film d'animation.
Bayonetta Bloody Fate reprend le scenario du jeu Bayonetta et compile l'intégralité de son histoire avec quelques variantes dans le déroulement. Ayant bourriné le jeu de nombreuses heures, je le connais quasiment par coeur, nul détail n'échappera donc à mon oeil de lynx è_é 

Notre fatale sorcière aux quadruples flingues fait donc son retour dans ce film, assez bon mais décevant par plusieurs aspects. Tout d'abord, les personnages ont beaucoup perdu de leur désinvolture par rapport au jeu, ce qui transparaît particulièrement dans les dialogues, assez ennuyeux. Les répliques et mimiques des personnages sont plates et on ne se marre pas tellement. En première de la liste est Bayonetta dont le côté sadique et provocateur s'en est trouvé très amoindri. Un changement auquel je m'attendais malheureusement car un film d'animation est forcément plus grand public qu'un jeu vidéo et je pense que le comportement de Bayonetta aurait été too much pour le public japonais lambda qui irait par hasard voir le film au cinéma. Cependant, même les autres personnages, plus politiquement corrects si j'ose dire sont devenus presque ternes (Luka, Rodin, Cereza). Et les quelques scènes inédites n'arrangent en rien l'affaire (on voit un aspect très bienveillant et attentionné de Bayonetta qui ne lui ressemble pas et ne lui va pas du tout), de nouvelles scènes qui sont d'ailleurs d'une inutilité totale. Jeanne s'en tire assez bien en revanche, qui aura même gagné en charisme et en rôle.
Ensuite, le scenario qui a été un peu remanié, avec ses avantages et ses inconvénients. La première moitié du film en révèle beaucoup sur les clefs de l'histoire par rapport au jeu, ce qui casse un peu le mystère. Soyons honnêtes, Bayonetta n'est effectivement pas entré dans l'anthologie grâce à son histoire, mais tout de même, il y a avait ce petit quelque chose qui nous intriguait quand même. Tandis que dans ce film, on se doute de tout assez vite. À l'inverse, la force de ce film est de rendre bien plus claire et limpide l'histoire qui demeurait assez embrouillée et fouillis dans le jeu. On a même quelques précisions qui n'étaient pas explicites dans le jeu, ce qui fait que Bayonetta Bloody Fate peut être considéré comme un bon complément au jeu. 

Le deuxième sujet le plus important concernant ce film est bien évidemment l'aspect visuel. Le character design est très réussi, les décors sont soignés, même s'ils ne sont pas aussi riches que ceux du jeu et les combats sont franchement bien foutus. Je dois dire que j'ai largement plus aimé le combat final dans le film que dans le jeu. On pourrait regretter le manque de magie, d'invocations, d'attaques sadiques dont l'absence rend les combats beaucoup moins trash. Cependant, je suppose que cet aspect a aussi été édulcoré pour les mêmes raisons que j'ai citées précédemment concernant le public potentiel du film différent de celui du jeu. Ce que j'aurais vivement aimé voir sont des séquences où Bayonetta active l'envoûtement qui aurait été d'une grande classe visuellement.
Toutefois, malgré un bon travail apporté, ce film reste légèrement en deçà du niveau d'un film d'animation. On a plus l'impression d'une série animée d'excellente qualité plutôt que d'un film d'animation, notamment dans le nombre d'images par seconde qui aurait pu être plus élevé. On savait que le studio Gonzo n'était pas friand de film d'animation mais il s'était tout de même illustré sur Brave Story prouvant qu'il était parfaitement capable. Bayonetta Bloody fate se rapproche davantage d'Afro samurai (qu'il faudrait que je revoie pour pousser la comparaison niveau qualité graphique). Bref, c'est bien fait, mais je m'attendais à mieux. Les musiques sont aussi à la traîne, on est loin de l'ambiance très prononcée du jeu qui alternait entre chansons glamour et musiques symphoniques grandioses avec choeur. Dans le film les musiques sont un peu timides, à part lorsque des morceaux de la B.O. originale sont repris. Le passage des voix anglaises aux japonaises marche plutôt bien, seule la voix de Balder me chiffonne. Non pas que le doubleur soit mauvais loin de là, mais une voix douce comme dans le jeu lui aurait mieux convenu. 

Bayonetta Bloody Fate est loin d'être aussi fun que le jeu qui l'a inspiré, mais il se défend tout de même, ayant le mérite d'être plus cohérent dans l'histoire. Le film sera sûrement un bon divertissement pour les néophytes. Quant aux fans, c'est à voir pourquoi, mais pas indispensable. 

Hanoko, film vu fin avril 2014

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Bayonetta Bloody Fate / Bayonetta Bloody Fate (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Bayonetta Bloody Fate / Bayonetta Bloody Fate (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Bayonetta Bloody Fate / Bayonetta Bloody Fate (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Bayonetta Bloody Fate / Bayonetta Bloody Fate (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Bayonetta Bloody Fate / Bayonetta Bloody Fate (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Bayonetta Bloody Fate / Bayonetta Bloody Fate (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Bayonetta Bloody Fate / Bayonetta Bloody Fate (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Bayonetta Bloody Fate / Bayonetta Bloody Fate (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Bayonetta Bloody Fate / Bayonetta Bloody Fate (Films d’animation)Wallpaper/fond d'écran Bayonetta Bloody Fate / Bayonetta Bloody Fate (Films d’animation)

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici