Zeitnot

Zeitnot

Titre original: 
Zeitnot
Pays d'origine: 
France, Indonésie
Genre: 
Sport
Éditeur français: 
Les Humanos (Shogun)
Date de sortie en France: 
Mars 2007 (prépublication), Octobre 2007 (volume relié)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple + jaquette glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
172
Prix: 
6,95€
Rythme de parution: 
arrêté

Avis

"Lorsque j'avais commencé à lire Hikaru no go, je me suis dit "vivement un manga sur les échecs" parce que je connaissais bien ce jeu pour l'avoir pratiqué. Et voici venu sans crier gare Zeitnot ! 

Des codes mangas sont repris, c'est à développer pour que le dessin gagne en personnalité. Il y aune bonne mise en scène des planches, notamment dans le chapitre 4, pour montrer le temps qui défile. Il ne reste plus qu'à relever le niveau général du dessin.  

Au niveau du scénario, c'est sympa de voir que c'est l'histoire d'une intello qui va être en quelque sorte "débauchée" (dans de nombreux sens du terme) par les échecs. Comme elle n'y connaît rien au départ, le lecteur va pouvoir lui aussi découvrir. Comme toute bonne série, elle ne démarre vraiment qu'au tome 2, attendons de voir la suite

Si cette histoire donne envie de se mettre aux échecs, le pari sera gagné !" 

Docteur Spider, 1 tome lu, 28/12/07

 

"On avait Hikaru no go traitant des dames chinoises, oeuvre qui m'avait moyennement plu car je trouve en général les manga sur des jeux ou du sport peu intéressants. Voici à présent Zeitnot qui traite lui des échecs, nous allons voir ce qu'il en est.
L'histoire commence naturellement sur une partie d'échec pour mettre les lecteurs au goût du jour. Ensuite seulement l'héroïne est introduite. On peut qu'elle n'est pas banale comme héroïne, intello à fond (sans les boutons... ok j'arrête les stéréotypes) elle ne vit que pour ses études et remballe froidement, plus ou moins poliment, toute personne qui pourraient la perturber à sa tâche, que ce soit des camarades de classe ou bien même ses parents. On aurait vraiment cru au personnage complètement atypique mais quand elle se met brutalement vers la fin du volume 1 à jouer au échecs alors qu'elle avait sans cesse refusé avant trahit beaucoup son personnage. On comprend qu'elle ait envie de se rapprocher de l'école qu'elle vise mais on ne comprend pas pourquoi elle le fait par les échecs alors qu'elle avait brillamment obtenu un entretien pour y entrer.
On verra par la suite si les choses rétablissent le véritable caractère de Tristana. Avec un telle héroïne, l'histoire pouvait avoir de l'originalité parce qu'à part ça, les choses se résument finalement à un simple tournoi d'échec. Alors si l'héroïne n'est plus là pour apporter un peu de piment, c'est dommage. 

De bonnes bases du point de vue des dessins mais le niveau est un peu inégal. Le chapitre un est réussi mais le chapitre deux est moins soigné par rapport au précédent. La suite remonte le niveau tranquillement." 

Hanoko, un volume lu, le 04/11/07

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici