Yêu Yêu Saïgon

Yêu Yêu Saïgon

Titre original: 
Yêu Yêu Saïgon
Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Belgique
Genre: 
Autobiographique, humour
Éditeur original: 
Les Enfants Rouges
Éditeur français: 
Les Enfants Rouges
Date de sortie originale: 
2009 (le 27 Novembre)
Date de sortie en France: 
2009 (le 27 Novembre)
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Matte, brochée avec rabats
Sens de lecture: 
Français
Nombre de pages: 
110 noir et Blanc
Prix: 
14€

Avis

Rencontre d'un auteur et d'un pays atypique, en route pour la découverte du Viêt-Nam avec Eco! 

Yêu Yêu Saïgon nous présente donc un pays asiatique qui n'est pas forcément sous les projecteurs, qui est peu connu pour beaucoup de gens, à part pour avoir été le premier à avoir tenu en échec les États-Unis pendant la période de la Guerre Froide. Tout cours d'histoire de terminale mis à part, Yêu Yêu Saïgon est une approche de la vie contemporaine du pays.
En commençant ma lecture, j'étais donc très intéressée de découvrir de façon relativement approfondie le pays et les modes de vie. Au début, je redoutais un peu que ce ne soit pas plus qu'un guide touristique ludique sous la forme originale d'une bande-dessinée mais fort heureusement, au fur et à mesure que je poursuivais ma lecture, à travers la présentation du pays se profile une réelle narration, reprenant donc la vie de l'auteur, qui demeure cohérente malgré ses abords un peu décousus (l'auteur juxtapose plusieurs anecdotes les unes à la suite des autres).
Ainsi, l'album débute sur l'arrivée d'Eco, une présentation brève du pays puis on découvre plus précisément les us et coûtumes de Hô-Chi-Minh. Simultanément, nous suivons le quotidien de l'auteur, l'élaboration de la bande-dessinée qu'il a dessinée là-bas, ainsi que les relations qu'il a pu tisser. Il raconte les choses avec assez d'humour, ce qui rend le récit plus vivant. J'ai notamment beaucoup aimé la façon dont il parle de sa BD faite là, avec beaucoup d'auto-dérision mettant en relief l'aspect kitsch de son travail, imposé par ses éditeurs viêt-namiens. Un récit dans le récit qui s'inscrit bien dans l'ambiance générale de l'album.
Le style de dessin qu'Eco correspond très bien à son histoire. Il dessine les personnages (lui le premier) de façon caricaturale et réductrice, en adéquation avec l'humour et la subjectivité de son récit, même si Eco n'émet pas vraiment de jugement strict et arrêté sur les moeurs à Hô-Chi-Minh. Cependant, ça ne l'empêche pas pourtant de dessiner les décors avec beaucoup de détail tout en conservant une unicité dans l'ensemble. Eco semble utiliser toujours le même outil, proche du style bille si ça n'en est pas, sans que son dessin ne devienne confus. Du bon travail en somme. 

C'est donc un beau témoignage que nous avons là, à découvrir.

Hanoko, un tome lu, le 18/11/09

Wallpapers

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici