Sleepless Domain

Sleepless Domain

Titre original: 
Sleepless Domain
Pays d'origine: 
États-Unis
Genre: 
Merveilleux, action, tranche de vie, drame
Éditeur original: 
Hiveworks
Éditeur français: 
Robinson Millennials (Hachette)
Date de sortie originale: 
2015
Date de sortie en France: 
6 juin 2018
Nombre de tomes: 
10 chapitres
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 grand format
Couverture: 
Rigide, glacée, mat
Sens de lecture: 
Français
Nombre de pages: 
128
Prix: 
16,95€

Résumé des tomes

Avis

Une ville attaquée par des monstres. La population vit normalement comme si de rien n'était, pourvu qu'ils respectent le couvre-feu. Les chasseuses de monstres, lycéennes en dehors de ça, s'occuper de faire le ménage des créatures qui menacent la ville. Et le lendemain, retour en cours comme si de rien n'était. Mais ça va se compliquer pour une équipe de chasseuses, l'équipe de l'Alchimie... 

Du Magical Girl, à la sauce mi-comics mi-manga. Le premier tome rentre très vite au coeur de l'action. Notre quintette de chasseuses de monstres se connaît déjà bien, travaille ensemble depuis un moment et a parfaitement intégré à son quotidien leurs missions nocturnes. Nous voici donc dans le vif du sujet, sans réelle introduction, mais on saisit sans peine le topo. Nous arrivons à un moment où l'équipe, qui a déjà pas mal éprouvé ses tactiques de combat, entre dans une phase de crise. Et qui se résout de manière très violente, alors que le début ne le laissait pas entrevoir... Tiens ça vous dit quelque chose? Aucun doute, l'influence Puella Magi Madoka Magica saute aux yeux. Sleepless Domain se place donc en héritier de cet anime qui a cartonné. Cependant, il trouve sa voie par le fait qu'il incorpore beaucoup d'éléments du quotidien, pour donner un côté plus proche de nous. Le premier tome se lit bien et les héroïnes sont plutôt attachantes et crédibles en tant que lycéennes. Cependant, l'univers est encore assez peu développé. D'où viennent ces monstres? Comment vit le reste du monde? Pourquoi n'y a-t-il pas de chasseurs de monstres? Bref des questions qui mériteraient de l'attention par la suite.
Pour ce qui est des dessins, on a quelques surprises. On commence avec style assez péchu, très girly, bling bling, coloré. Ce n'est pas mon genre a priori, mais j'avais fini par me laisser charmé, l'expression très incisive des personnages leur donne beaucoup de peps, on a d'assez belles ambiances crées, et c'est assez dynamique. Puis, changement assez radical après deux chapitres. On passe à du beaucoup plus sobre, plus kawai voire chibi, moins dynamique avec un peu moins de charme à mes yeux. Certains personnages ont même pas mal changé de visage. Les deux premiers chapitres sont dessinés par Oskar Vega, puis c'est Mary Cagle qui prend le relais aux dessins, en plus du scenario depuis le début. Les deux premiers chapitres étant plus une introduction et amène un changement assez radical dans l'histoire, on peut dire que le changement de dessin trouve une tout petite justification. À titre personnel, je préférais le premier style graphique (d'ailleurs je vous conseille d'aller faire un tour dans la galerie de ce dessinateur, dont le lien est disponible sur sa fiche auteur), mais les deux dessinent bien, à vous de voir lequel vous préférez ou si vous aimez les deux. Que ce soit l'un l'autre, en tout cas le design des monstres se révèle assez chouettes (même s'ils disparaissent souvent aussi vite qu'ils sont apparus). 

Un bon début pour Sleepless Domain, en espérant que l'autrice creuse davantage son univers dans les chapitres suivants. 

Hanoko, un tome lu le 03/06/2018

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici