Scarlet Soul

Scarlet Soul

Titre original: 
Scarlet Soul
Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Italie
Genre: 
Fantastique, aventure, romance, drame
Éditeur original: 
inédit
Éditeur français: 
Éditions H2T
Date de sortie en France: 
août 2017 en prépublication, 24 octobre 2018 en tome relié
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (en cours, 4 de prévus)
Nombre d'éditions en France: 
1
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
208
Rythme de parution: 
annuel

Avis

Pas facile quand on est la petite sœur d’une aînée prodige qui a repris les rênes de l’activité familiale, tout le monde attend beaucoup de la suivante, qui a la pression pour tenir la comparaison. Et c’est encore pire quand on n’a pas du tout la même vocation glorieuse. Enfin bientôt, le destin viendra balayer la question…

 

Scarlet Soul commence en présentant trois personnages principaux: la petite Rin, qui aimerait qu’on la lâche avec l’exorcisme, son garde du corps issu tout droit du rang des ennemis et Lys, la brillante exorciste héritière. On les voit d’abord dans leur quotidien chez eux, hors des préoccupations du monde. Mais Lys et son protecteur, par un coup du sort seront confrontés à une grande menace. Les premiers chapitres avancent assez lentement, décrivant l’univers, le mauvais regard sur subissent Rin et Aghyr, le sentiment d’infériorité de la jeune fille etc. Le début n’est donc pas très palpitant, d’autant que le scenario de départ, de méchants démons scellés dans un autre monde, est du genre vu et revu et le côté trop shojo à mon goût via la relation gnangnan de Rin de Aghyr ne m’enchante guère. On attend donc la suite pour se prononcer.

Cependant, s’il y a une chose que l’on peut acclamer, c’est la grande qualité des dessins. C’est typiquement shojo hein, de grands yeux, des cheveux et vêtements qui virevoltent au vent, des trames de décoration partout. Cependant, l’autrice se donne à fond. Le dessin est très fin et soigné, les pages sont vachement détaillées aussi bien sur le détail des personnages que des décors. Peut-être parfois trop, certaines pages paraissent un peu surchargées. Et tout ça fort probablement sans assistant! Bien des autrices de shojo japonaises devraient en prendre de la graine plutôt que de servir des dessins de charlatan.

 

Bien que je ne sois pas le public visé pour ce manga, je reconnais que Kira Yukishiro maîtrise son sujet sur le plan graphique! On espère que l’histoire décollera un peu.

 

 

Hanoko, cinq chapitres lus, le 20/04/2019

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici