Otomi

Otomi

Titre original: 
Otomi
Pays d'origine: 
France
Genre: 
contes
Éditeur original: 
Les Enfants Rouges
Éditeur français: 
Les Enfants Rouges
Date de sortie originale: 
2009
Date de sortie en France: 
2009
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple, glacée
Sens de lecture: 
Français
Nombre de pages: 
144
Prix: 
15€

Avis

"Rares sont les "émules" français, surtout de cette qualité. Otomi, ou quand la poésie de contes japonais rencontre un coup de crayon typiquement européen.
Pour commencer, j'aimerais dire que l'édition est très jolie. Couverture à la fois souple et solide, très beau dessin, pages épaisses agréables au toucher... Bref, cet "émule" est très bien conditionné. Dommage qu'il ait aussi des bémols.
Je m'explique. Graphiquement, on sent l'influence nipponne dans un trait qui fait clairement BD européenne. Le dessinateur mêle crayon de papier et aquarelle, cela donne un côté brouillon plutôt poétique et qui colle bien aux deux histoires. Cependant, j'ai l'impression que l'auteur n'a pas pris son temps, qu'il a tout couché à l'arrache sans vraiment faire attention. En effet, les personnages n'ont pas la même tête à chaque case, parfois, leur visage est si déformé que ça devient moche. De manière plus précise, les nez sont plutôt mal faits. Un peu dommage.
Au niveau des histoires, c'est assez spécial. La première parle de dévotion, de mauvaises intentions, mais aussi beaucoup d'un sentiment qui s'appelle la peur face à la guerre. Je n'ai pas compris la fin, mais j'ai bien aimé la forte présence du chat sans toutefois qu'il soit omniprésent. On voit souvent les scènes depuis ses yeux, c'est original. La seconde histoire parle du christianisme implanté dans un Japon ancien (peut-être bien féodal). C'est assez rare de voir une histoire parlant d'une religion s'étant presque imposée en Asie. Bien que je n'aime guère tout ce qui touche à la ferveur divine, j'ai bien aimé comment le conte a été tourné et avec quelle rudesse il a été dessiné. Pour une fois, on a un bel exemple de la cruauté dont peut faire preuve les hommes au nom de Dieu, mais aussi la bonté avec laquelle ils réagissent. Plus important, cette histoire ne semble pas vouloir accuser ou dénoncer. Les auteurs en parlent, c'est tout. 

En bref, un bon "émule" qui ravira les adeptes des histoires graves et aux multiples facettes." 

DDG, le 16/11/09

Des mêmes auteurs et adapté des mêmes contes : Rashômon.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici