Monstress

Monstress

Titre original: 
Monstress
Pays d'origine: 
États-Unis, Japon
Genre: 
Merveilleux, drame, aventure
Éditeur original: 
Images Comics
Éditeur français: 
Delcourt (collection Contrebande)
Date de sortie originale: 
2015
Date de sortie en France: 
2017 (le 18 janvier)
Nombre de tomes: 
11 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
2 (volumes regroupant 6 tomes de l'édition originale)
Nombre d'éditions en France: 
1 grand format
Couverture: 
Rigide, glacée mat
Sens de lecture: 
Français
Nombre de pages: 
208
Prix: 
22,95€

Avis

Dans monde qui ressort éprouvé d'une guerre dévastatrice, les haines interraciales redoublent d'ardeur. Dans le royaume des humains, les arcaniques, autrefois tolérés subissent désormais brimades et persécutions. Dans ce contexte, Maika Demi-loup, une jeune arcanique à l'apparence humaine, est vendue aux enchères. Qui sait le sort qu'on lui réserve ou à l'inverse son but caché. 

Monstress nous projette dans un monde empli de magie et de mystère, très éloigné du nôtre en termes de société. Des choses demeurent pourtant quels que soient les univers: les complots coulent à flot, la loi du plus fort prime, vengeances et représailles s'ensuivent.
Ce premier tome regroupant six chapitres est pour le moins très dense. Une foule d'informations sur le monde de Maika se bouscule et s'entremêle si bien qu'on s'en retrouve assez vite égaré. La trame principale se suit bien, mais replacer qui sont les personnages et leurs intérêts prend beaucoup de pages. Ce n'est que lors des explications inter-chapitres que l'on peut faire le point sur le pourquoi du comment. Un peu dommage de devoir en venir à ce procédé pour nous décrire la mythologie et les instances qui régissent ce monde. D'un autre côté, la narration volontairement éparse manifeste d'une volonté de donner un aspect très mystique à cette oeuvre. J'ai donc eu un peu de mal à m'imprégner de cette histoire et de m'attacher aux personnages. Cependant, la richesse évidente de l'univers de Monstress nous pousse à vouloir en découvrir plus.
Monstress parle de manipulation, de violence, de discrimination, mais ce qui ressort le plus de tout ça est la quête psychologique de l'héroïne, qui cherche un équilibre dans sa vie chaotique. Chaotique aussi bien autour d'elle qu'en elle. Sa relation avec le démon qu'elle renferme en elle est d'ailleurs assez intéressante, je suis intriguée d'en savoir plus sur lui. Monstress est une oeuvre foncièrement féministe puisque l'on ne voit presque pas de personnages masculins. On se demande d'ailleurs où ont bien pu passer tous les hommes pour qu'ils apparaissent si peu et qu'on ne les mentionne guère.
Monstress c'est aussi un style graphique très marqué aux influences multiples. La grâce des personnages n'a d'égale que le niveau de détail de chaque planche dont la superbe transparaît sans discontinuer. Le character design est tout aussi remarquable, d'une belle variété et unique même pour les personnages mineurs. Deux ou trois qui me titillent tout de même. On peut remarquer plusieurs fois que des cases sont clonées, procédé un peu agaçant mais qu'on pardonne au vu du travail fourni. Les effusions de sang paraissent souvent gratuites pour forcer le côté dark de la chose. Enfin, l'inclusion de chats comme l'une des ethnies principales vient ajouter un côté kawai à la BD et un peu ridicule.  

Bien qu'il soit un peu difficile d'accès, Monstress présente des atouts indéniables. À tester. 

Hanoko, un tome lu, le 05/02/2017

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici