couleur de peau: miel

couleur de peau: miel

Titre original: 
couleur de peau: miel
Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Belgique, France
Genre: 
Drame
Éditeur français: 
Soleil (label Quadrants)
Date de sortie en France: 
2007 (le 1er septembre)
Nombre de tomes sortis en France: 
3 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 grand format
Couverture: 
Souple avec rabats, glacée, mat
Sens de lecture: 
Français
Nombre de pages: 
144
Prix: 
17,95€
Rythme de parution: 
Irrégulier

Avis

L'adoption n'est j'imagine jamais une décision évidente à vivre. Encore plus quand on est éloigné ethniquement de sa famille d'accueil. Jung nous propose à travers cet ouvrage de nous conter sa propre expérience. 

Couleur de peau: miel, c'est un récit où il est question de la recherche de sa propre identité, de l'acceptation de soi et de sa situation, la définition d'une relation familiale, etc. L'auteur retransmet son parcours et offre à travers son expérience une oeuvre à la fois proche de nous et singulière. Proche de nous car il a grandi dans un environnement semblable en Belgique. Singulier bien sûr pour son statut d'enfant adopté d'une origine lointaine, ce qui a donc influencé et distingué sa jeunesse par rapport à celle de ses pairs.
On a tous traversé une période de crise identitaire, adopté ou pas, un moment où l'on s'est senti différent des autres. Donc ce récit pourra être parlant au plus grand nombre. L'auteur nous livre un récit authentique et à la fois ponctué par ses différentes émotions du moment.
Cependant, sans avoir vécu cette situation, on ne peut pas vraiment comprendre le ressenti de l'auteur, au mieux l'imaginer. D'ailleurs on le voit bien aux courriers de lecteurs, les plus émus sont ceux qui ont vécu une expérience semblable. De plus, n'étant pas friande de récits autobiographiques de manière générale, Couleur de peau: miel ne m'a pas touchée plus que ça, sachant également que je n'ai lu que le quatrième tome. D'autant que la narration sans artifice amène peut-être aussi une légère tonalité monocorde. L'auteur semble beaucoup relativiser, voire mettre de la distance avec ce qu'il a traversé, on ne le sent pas vraiment passionné. Peut-être est-ce venu avec son âge adulte?
Cela se perçoit aussi dans le style graphique où le terme "roman graphique" prend tout son sens. La plupart des pages est mise en scène tel un livre illustré avec des paragraphes en point de vue interne suivis de dessins illustratifs. Ils sont ponctués par des passages de dialogues, où l'on revient plus à de la bande-dessinée. L'auteur cherche plus à raconter qu'à nous faire vivre les événements de sa vie.
Concernant le dessin lui-même, l'auteur a une patte très esquissée voire brouillonne. C'est un parti pris, on peut y voir une certaine modestie fort pertinente avec l'histoire et il a un bon coup de crayon. Mais ce n'est pas le genre de dessin que je prends plaisir à regarder. Pourtant, on peut voir quelques cases, principalement des décors, beaucoup plus fins et saisissants, qui donne envie de voir davantage ce que Jung a dans le ventre. De plus, étant donné que ce tome quatre va sortir presque dix ans après le tout premier, je serais curieuse de voir l'évolution.
Mais cette bande-dessinée comporte plusieurs moments d'humour qui apportent quelques changements de notes. En outre, on y voit aussi son parcours d'artiste reconnu mondialement qui nous fait un peu plus encore voyager. Jung, sans atteindre la satire, apporte un certain regard sur la Belgique et la Corée du Sud en nous exprimant certaines pensées çà et là. 

Si je ne suis pas le public idéal pour cette oeuvre, elle a su trouver son public dans le monde entier et elle mérite l'attention. 

Hanoko, tome 4 lu, le 10/10/2016

À savoir qu'un film du même nom a été adapté de cette bande-dessinée.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici