Chính Trị

Chính Trị

Titre original: 
Chính Trị
Pays d'origine: 
France
Genre: 
Historique, tranche de vie, politique, drame
Éditeur original: 
Seuil puis la Boîte à Bulles
Date de sortie originale: 
2005
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre d'éditions en France: 
2
Couverture: 
rigide cartonnée glacée mat
Sens de lecture: 
Français
Nombre de pages: 
130
Prix: 
18€

Avis

De nos jours, nous parlons surtout de l’influence de la France encore très grande en Afrique, mais n’oublions pas non plus qu’elle a pris sa "part du gâteau" autrefois aussi en Asie d’Extrême-Orient. À cette époque, des indépendantistes font front commun…

 

Chính Trị nous fait voyager dans le temps, à une époque et dans un milieu pas très souvent dépeint dans des œuvres aujourd’hui. Il montre un autre aspect de la lutte contre le pouvoir en place, non pas par la résistance armée mais par la presse. Un groupe de penseurs, d’horizons divers, se sont regroupés pour aborder ensemble la thématique qui les lie: l’assujettissement de leur pays d’origine à la France. Ils espèrent ainsi influencer les mœurs de toute la population afin d’affaiblir l’hégémonie de la France coloniale.

Le début nous fait croire que Tuan restera le héros, un jeune homme ne connaissant pas la France, un peu dépassé par les événements, mais très vite il trouve sa place et le tome se concentre davantage sur Hai, ainsi que les autres personnages, tous variés et assez réussis dans leur genre. On peut trouver d’ailleurs que ce passage est un peu rapide, mais on se doute bien que la BD ne raconte pas tout dans les détails et l’on sait que Tuan passe beaucoup de temps aux côtés de Hai, un peu son mentor.

Outre les questions politiques, Chính Trị dresse un portrait de Marseille au début et ensuite de Paris à l’époque, avec ses mentalités et aussi sa décadence. La mise en ambiance fonctionne très bien aussi grâce à la qualité des dessins où plutôt des tableaux qui composent chacune des pages de l’album. Déjà, le trait est excellent, que ce soit pour les personnages où les décors, les touches de couleur font très impressionnistes et surtout, les gammes de couleurs qui ne suivent pas la rigueur réaliste mais qui appuient des émotions et l’impact des mises en scènes. Cela ne manque d’ailleurs pas de rappeler JoJo’s Bizarre Adventure pour les lecteurs invétérés de mangas tels que moi  , où l’on retrouve régulièrement ce procédé.

 

Une BD à l’histoire prenante et superbement illustrée.

 

Hanoko, un tome lu, le 15/03/2019

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici