Interdit aux moins de 18 ans

Le contenu de cette page est à caractère érotique/pornographique/violent.

En continuant de parcourir cette page, vous garantissez que vous êtes majeur.

 

Pour masquer ce message, inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte et modifiez vos préférences dans votre profil.

Quand un Ange s'invite

Quand un Ange s'invite

Titre original: 
Oshikake Seitenshi !
Auteur(s): 
Genre: 
Hentai, SF
Éditeur original: 
Fujimi shuppan
Éditeur français: 
Le Téméraire
Date de sortie originale: 
1995
Date de sortie en France: 
1997
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Français
Nombre de pages: 
192
Prix: 
10,50€

Avis

"Un vieil hentai dont on se passerait bien.
Sur un thème SF-heroic-fantasy un peu bidon, le manga enchaîne les scènes de sexe avec, au programme, tentacules, partie à plusieurs, amours entre filles et gros seins. Non censuré, il reste toutefois assez peu violent malgré le thème abordé. En effet, Zara, la méchante de l'histoire, capture l'énergie vitale des jeunes femmes en envoyant Margarita, son insecte bizarre, les violer. Outre le nom débile de la bestiole, son design est juste naze. C'est une espèce de mite avec une grosse... bête. Ajoutez à cela des servantes dévouées corps et âme à leur maîtresse, servantes bien foutues qui se transforment en vêtements. Elles n'apparaissent donc qu'en laissant Nalja nue. C'est juste un prétexte à montrer des femmes à poil hein.
Autre prétexte, le fait que Yuki ressemble au prince de Nalja. Elle ne peut donc, en toute logique, que lui sauter dessus, et le gars ne fait rien pour se défendre (faut pas être con, non plus). En fait, chaque page a au moins droit à son bout de sein ou de fesse. Beaucoup des scènes de fesses qui se ressemblent, c'est parfois confus, on ne comprend pas tout. Et puis surtout, c'est même pas excitant.
Graphiquement, on a vu mieux, ce coup de crayon a beaucoup vieilli. Ce n'est pas non plus moche, ça reste correct, surtout pour ce genre de titre. Les proportions des personnages sont titanesques, pour changer. J'apprécie particulièrement l'ombrage, mais on en restera là. 

En bref, un titre que l'auteur a tenté de rendre bon sur fond d'histoire sérieuse. Fail." 

DDG, le 25/02/10, tome lu.

J'avais commencé à jeter un oeil à ce manga il y a longtemps, je n'avais trouvé que la version japonaise et non la française. J'ai lu le début dans lequel savoir ce qu'il y avait décrit dans les dialogues ne paraissait pas franchement indispensable.
Ce manga m'avait l'air bof, car il me semblait hyper classique pour un hentai (dans son introduction) et les dessins n'avaient pas l'air gégène malgré une couverture sympa, ils me rappelaient ceux de Desert Coral et venant de moi, ce n'est guère un compliment. Cependant, le niveau fait un bond dès que l'on passe aux scènes de sexe. Il n'est pas fou l'auteur, il ne va pas s'enquiquiner à s'appliquer pour autre chose que ce qui l'intéresse %). Pendant le sexe, on a le droit à de jolies poses réussies, presque innovantes par moment.
Je ne vais pas répéter ce qu'à dit DDG qui vous a décrit avec plus de précision le contenu de ce manga. Un hentai assez banal en somme, je pense que vous ne ratez rien si vous passez à côté.

Hanoko, volume feuilleté, début 2010

Même collection : Copines du Club de Natation (les)

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici