Akai Ito

Akai Ito

Titre original: 
Akai Ito
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Amour, lycée, humour
Date de sortie originale: 
2008
Date de sortie en France: 
pas de licence
Nombre d'épisodes: 
11 (terminé)
Durée: 
45 minutes par épisode
Support: 
TV

Avis

« Je regarde rarement des dramas, car je sais pertinemment que cela ne me plait pas. Pour une fois, et alors que le style de celui-ci est clairement destiné aux adolescentes pleines de rêves romantiques, j'ai apprécié Akai Ito.
L'histoire est classique, dans un thème shôjo. Une lycéenne, Mei, croit au Destin. Amoureuse de son ami d'enfance, elle ignore qu'un fil la relie non pas à celui-ci mais à un garçon, né le 29 février comme elle. Nouveau au lycée, elle fait sa connaissance. Mais vont-ils réaliser le Destin qui les lie ?
Je n'ai vu qu'un épisode (il ne faut pas trop m'en demander) mais je présage un jeu de chat et de souris entre les deux, avant un dénouement final dans les larmes et les baisers. Mei est une lycéenne assez horripilante car insouciante, naïve et fleur bleue. Elle aime Yuya mais, lui, préfère sa soeur (bim dans tes dents). Le héros, dont le nom m'échappe, est une espèce de paria au grand coeur, sans famille, qui travaille au temple et n'hésite pas à se bastonner pour protéger les faibles. Oui, c'est terriblement bateau. Les personnages gravitant autour du futur couple sont également très banaux. Des lycéens classiques, en somme.
Si le romantisme est au premier plan de l'histoire, il existe un côté humoristique plutôt bien joué. Les situations cocasses sont rares mais judicieuses, j'en ai même ri à un moment donné. L'avantage, si je puis dire, des acteurs japonais est qu'ils sont très expressifs. L'humour passe donc d'autant mieux, sauf qu'on tombe rapidement dans le surjoué. Là, ce n'est pas trop le cas, sauf une ou deux fois. Et à chaque fois, l'héroïne passe vraiment pour une idiote de première. Une gonzesse insupportable.
Musicalement, je n'ai pas trop fait attention. Le générique de fin tape un peu sur les nerfs, c'est mielleux et mal chanté.
Cela ne tient peut être qu'à moi, mais le héros et l'ami d'enfance de l'héroïne se ressemblent beaucoup. C'est rageant, j'ai tendance à les confondre. Et l'uniforme n'aide jamais pour distinguer les personnages. Toujours est-il que cette brochette de messieurs est plutôt agréable à regarder. L'héroïne est par contre assez banale, voire un peu moche. Mais ce sont mes goûts.
Le premier épisode est assez dynamique, il se passe beaucoup de choses. Émancipation de la soeur de Mei, Mei qui convoite Yuya et se fait des films, lui qui n'aide pas et fout le merdier, rencontre ridicule avec l'homme du Destin, flashes back, bla bla bla. On ne s'ennuie pas et, pour une fois, un drama shôjo ne fait pas flasque, sans saveur (à part celle du sucre.). Je ne me lancerai pas pour autant dans un second épisode, mais si vous voulez parler de votre expérience de la suite de ce drama...

DDG, le 02/04/12

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici