Stoker

Stoker

Titre original: 
Stoker
Pays d'origine: 
États-Unis
Genre: 
Thriller
Date de sortie originale: 
1er mars 2013
Date de sortie en France: 
1er mars 2013
Durée: 
99 minutes
Support: 
cinéma

Avis

''Comme Bong Joon-ho et Kim Ji-hoon, Park Chan-wook est allé faire son film aux États-Unis. C'est la rançon du succès, comme ça a été un temps le cas pour les réalisateurs de Hong-Kong. Kim Ji-hoon a commis l'assez inintéressant Dernier rempart, et Park Chan-Wook, j'ai beau être fan de lui, son dernier film, Thirst, ceci est mon sang, n'était pas très folichon (ni son court métrage Pêche de nuit réalisé avec un...iphone). Alors, ce détour pas les Amériques, va-t-il permettre un retour aux sources ?  

India Stocker, 18 ans, est une enfant asociale et atypique, par exemple son père lui a appris à chasser depuis qu'elle est toute petite. Le jour de son anniversaire, celui-ci meurt dans un accident de voiture. Le jour de son enterrement, elle découvre l'existence de son oncle Charlie, revenu "spécialement pour elle" d'un voyage en Europe. Derrière son aspect avenant, il a un comportement étrange. Quelles sont ses véritables intentions ?  

Je suis vraiment allé voir ce film par pur amour pour Park Chan-Wook, sans rien savoir du scénario. De même, c'est seulement en voyant les affiches pour la sortie française que j'ai découvert quel pouvait être le pitch : sur les trois acteurs, je ne connaissais que Nicole Kidman. Évidemment je n'avais pas vu la bande-annonce, je ne savais donc pas à quoi m'attendre, le film nous fait aller de surprises en surprises.  

Première surprise, le réalisateur n'est pas monté seul à Hollywood, on retrouve au générique un coréen parmi les producteurs et surtout à la photographie Chung Chung-hoon, qui (après recherche wikipedia) s'avère avoir bossé sur tous les films importants du maître. Et effectivement l'image est fort belle et soignée. Et les musiques sont très bien choisies. Bref sur un plan esthétique, je n'ai rien à y redire.  

Au niveau de l'histoire, on découvre les personnages au fur et à mesure, les différents rebondissement nous obligent à reconsidérer tout ce qu'on pensait savoir sur eux. Au début je me suis dit : ''ça doit être une famille de vampire nouvelle génération, ils ne craignent pas le jour, mais ils sont quand même assoiffés de sang, d'ailleurs le titre doit faire référence à l'auteur de Dracula'', puis je me suis dit ''en fait non, c'est des chasseurs de vampires'' etc . etc. Le réalisateur se joue bien de nous, et les acteurs sont très bons. Nicole Kidman est quasi un second rôle, le film se concentre sur la confrontation entre Matthew Goode, et Mia Wasikowska. Cette dernière est fascinante et participe grandement à l'ambiance si particulière du film.  

Mais je ne sais pas, comme dans Thirst, ceci est mon sang, il manque un petit quelque chose pour faire de Stoker une vraie bombe qui nous marque à vie. Old Boy étaient époustouflant car ils repoussaient toutes les limites. Ici Park Chan-wook se repose sur ses lauriers pour nous faire un film qui est ''seulement'' bien calibré. Vivement que l'auteur se creuse vraiment la tête !" 

Docteur Spider, le 09/05/13.

 

 

De manière générale, je partage globalement l'avis de Docteur Spider. Par conséquent, je vais aller à l'essentiel. Stoker est un film à ambiance et c'est l'un de ces grands points positifs. Park Chan-wook, sur la base d'une histoire un peu faible, va s'amuser à balader le téléspectateur. Pour ce faire, il va miser sur différentes choses. La première est le choix du titre qui est aussi le nom de famille des protagonistes de l'histoire. Pour tous les fans de Dracula, et pour les gens avec un minimum de culture, Stoker est le nom de l'écrivain qui a donné naissance au mythe de Dracula le vampire, à ne pas confondre avec le personnage historique. Par conséquence, c'est difficile de ne pas y penser en le regardant. Dans le même ordre d'idée, il y a l'affiche du film. Elle représente les trois personnages principaux, et l'un des personnages a du sang sur son visage. En sus de cela, le réalisateur distille des éléments tantôt bizarres, tantôt fantastiques, éléments que je vous laisse découvrir pour ne pas trop vous spoiler. C'est vraiment difficile de savoir où veut nous emmener Park Chan-wook. Le rythme du film est plutôt lent ce qui renforce cette ambiance.  

Les acteurs sont formidables dans leur rôle. Nicole Kidman n'a plus grand-chose à prouver, quant à Mia Wasikowska, après avoir été révélé dans Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton, confirme son statut d'étoile montante du cinéma international. Elle est convaincante en tant que jeune demoiselle asociale. Enfin, Matthew Goode joue un personnage difficile à cerner tout au long du film. C'est d'ailleurs aussi par son biais que Park Chan-wook distille des éléments qui trompent les téléspectateurs. 

Ce qu'il manque à Stoker, c'est un élément ou une révélation qui lui permette de décoller. Hélas, ce n'est pas le cas. Tout au long du film, je m'attendais à ce que ce soit un film comme Les Autres et 6ème Sens, mais non. Du coup, à part une ambiance sympathique, des acteurs qui jouent bien, on s'ennuie ferme. Pour le coup, ce film rappelle Thirst, ceci est mon sang qui laissait aussi sur sa faim (et ça me coûte de dire cela, vu que j'adore Song Kang-ho). C'est un film à voir mais il manque quelque chose pour qu'il soit excellent. Un peu de folie coréenne peut-être ? 

Par Seraphim, le 13/06/2013.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Commentaires

Portrait de Seraphim

Il me botte bien quand même !

"There is nothing either good or bad, but thinking makes it so"

Portrait de Docteur Spider

oué faut aller le voir, c'est pas tous les jours que Park chan-wook est au cinéma 

"Les hommes ont une femme, mais les femmes n'en ont pas." Proverbe féministe

Portrait de Docteur Spider

bon ba je vois qu'on a vu le même film

"Les hommes ont une femme, mais les femmes n'en ont pas." Proverbe féministe

Portrait de Seraphim

Complètement !

"There is nothing either good or bad, but thinking makes it so"

Vous êtes ici