Hanoko - Lundi 11 juillet 2022, à 18:37

Matsuri 2022, 1re édition

Vous aimez la culture japonaise sans forcément aimer les mangas ? Vous aimeriez une immersion sans avoir à casser la tirelire pour partir à l’autre bout du monde ? C’est ce que le festival Matsuri, pour sa première édition vous a proposé à la Cité Fertile de Pantin, aux portes de Paris, les 2, 3 et 4 juilllet !

 

 

Je m’y suis rendue tout à fait par hasard, n’en ayant pas entendu parler à titre personnel, et c’est sur invitation d’Azumy que nous sommes allées à sa découverte.

Le Matsuri est, comme beaucoup d’entre vous le savent, un festival temporaire au Japon, notamment très courant en été. Pour cette version française, le festival proposait du matin au soir sur deux tranches horaires en accès libre, des stands en tout genre sur le Japon. La première grosse attraction, ne nous leurrons pas, demeurait la dégustation de saké et autres whiskys. Pour douze petits euros, vous aviez la possibilité de goûter sans limite les dizaines de saké différents proposés à la dégustation dans le plus grand hall.

       

 

Certains stands représentaient des boutiques de vente de saké importés présentes sur Paris, d’autres venaient directement du Japon. Du doux ou du brutal, il y en avait pour tous les goûts et discuter avec chaque personne présentes sur les stands pour apprendre plus sur la fabrication et l’histoire de chaque saké est toujours agréable, ce qui m’a agréablement rappelé le salon Salon Découverte des produits du terroir du Japon 2020. Ce qui ne m’a d’ailleurs pas surprise de retrouver Jetro parmi les sponsors  et de surcroît, la journée du vendredi était réservée aux professionnels.

Tous les intervenants ne parlaient pas forcément français ou n’avaient pas de traducteur en permanence disponible, mais il y avait moyen de se débrouiller. L’ambiance était très chaleureuse, ça trinquait entre inconnus, beaucoup d’échanges intéressants. Même quand on n’était pas porté sur l’alcool, c’était sympathique.

 

Pour la partie nourriture, cela se résumait à trois ou quatre stands, du salé et du sucré, pris d’assaut et qui ont fermé le soir, donc je n’ai pas eu le privilège d’y goûter. Pour se restaurer, il restait des stands à l’extérieur sans lien avec la gastronomie japonaise, un peu déçue donc sur cet aspect.

La partie extérieure du festival se composait de divers stands proposant des produits japonais : des vêtements, des accessoires comme des éventails, un peu de junk food aussi, des produits de la maison, etc. On pouvait aussi trouver des stands permettant de se renseigner pour du tourisme, quelque chose qui nous semblait presque d’une autre époque avec la crise du Covid-19 !


Quelques petits pas de danse improvisés par ces très sympathiques vendeurs qui ne parlaient pas français ^^

 


On pouvait aussi retrouver quelques petits stands otaku, histoire de tout de même.

 


De très belles œuvres réalisées sur du bois de récupération et inspirées d’estampes japonaises

 

 

La partie la plus intrigante demeurait la boutique du fond, vendant de multiples curiosités : de la vaisselle, des sculptures de bois, des vieux manuels scolaires, des petites poupées… Moult objets du passé pas si lointain et dont on aurait aimé découvrir l’histoire. On trouvait des explications pour les ours sculptés en bois, les Kibori Kuma, qui proviennent de l’artisanat de samouraïs reconvertis suite à leur mise au chômage avec les changement politiques du pays. Il était dommage toutefois qu’on ne sache pas qui a fabriqué ceux vendus, on suppose qu’il s’agit d’artisans japonais actuels qui perpétuent cet art. Il n’y avait pas non plus de vendeurs dans la boutique pour nous donner des explications sur tout ce qui se trouve dans la boutique, seulement des caissiers qui n’avaient pas vraiment le temps de jouer les guides historiques.

 


Des panneaux vintage juste là pour l'ambiance, mais ce sont aussi ce genre de petites attentions insolites qui ajoutent du charme à l'événement!

 

Côté animation, le festival comptait quelques petits stands ludiques, comme le bac d’eau avec des petits canard flottant en plastique à attraper avec une perche pour les enfants.

En revanche, je ne sais guère par quel enchantement nous sommes passées totalement à côté des autres animations. Que ce soient les conférences, les concerts de tambour, les démonstrations artistiques et celles martiales, la partie dansante avec le DJ, j’en passe et des meilleures. Nous avons passé une bonne partie de l’après-midi du samedi et le premier tiers de la soirée à déambuler, mais rien, nada. Le programme était pour certains assez évasifs concernant les horaires des animations, donc soit il y a eu quelques couacs d’organisation, soit nous n’avons vraiment pas eu de chance à avoir tout raté. Je ne vais donc pas pouvoir vous parler de tout ça, qui semblait pourtant un autre point fort du festival.

Le DJ en préparation à côté d'un espace pétanque, c'est ça la rencontre des cultures

 

 

Cette première édition de Matsuri qui nous a offert un petit bout de Japon, fut un chouette moment dans l’ensemble. D’autant que l’entrée était gratuite et l’accès m’a semblé bien organisé, on espère qu’une deuxième édition aura lieu. J’espère que le côté stands de plats japonais sera un peu plus développé et que nous ne raterons pas les spectacles, en les répartissant dans la journée ou en les indiquant avec plus de précision.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici

 


Une suggestion à faire? Une erreur à nous signaler? Des questions à nous poser? Vous pouvez soit vous créer un compte et venir nous en parler sur le forum ou en commentaire du contenu concerné, soit remplir notre formulaire de contact.