Twin Star Exorcists

Twin Star Exorcists

Titre original: 
Sōsei no Onmyōji (双星の陰陽師)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Action, fantastique, drame, comédie, romance
Date de sortie originale: 
2016 (le 6 avril)
Date de sortie en France: 
2016 (le 6 avril)
Nombre d'épisodes: 
50
Nombre d'épisodes sortis en France: 
50
Durée: 
24 minutes par épisode
Support: 
TV, DVD, Blu-ray, streaming
Prix: 
Gratuit en streaming

Opening/Ending

Opening 1: "Valkyrie -Ikusa Otome-" par Wagakki Band
Une chanson dans un style Eiga. Une bonne idée mais l'air de la chanson est un peu fouillis.

Opening 2: "Re:Call" by i☆Ris

Opening 3: "sync" by lol

Ending 1: "Valkyrie -Ikusa Otome-" par Wagakki Band

Ending 2: "Eyes" par Hitomi Kaji

Ending 3: "Yadori-boshi" par Itowokashi

Ending 4: "Hide and Seek" par GIRLFRIEND

Avis

Après avoir vu une assez bonne impression en découvrant le manga mais incertaine d'en lire la suite, je me tourne vers son adaptation animée. 

Twin Star Exorcist, c'est un gros mélange de Blue Exorcist, de Bleach et de D. Gray-Man. C'est du shonen assez basique, à l'exception près ue nous avons non pas un héros mais un duo de héros. Le principe de base me perturbe beaucoup. Rokuro et Benio, les deux Onmyouji Étoiles Jumelles, sont voués à avoir un enfant un enfant, le Miko, qui sera capable de mettre fin à la menace de créatures démoniaques nommées Impurs. Le début de la série est donc consacrée en grande partie à forcer la relation de ces deux enfants. OUI DES ENFANTS, ils sont seulement collégiens et on veut qu'ils fassent déjà des gosses, sympa de la part des Onmouji adultes. Une fois passé le dérangement de ce déclenchement d'histoire, on découvre une série d'action somme tout basique. Les héros doivent combattre des Impurs et découvriront progressivement des ennemis de plus en plus puissants à combattre. À leurs côté, un petit groupe d'Onmyouji tous plus insignifiants les uns que les autres qui sont purement des faire-valoir. Viennent ensuite les Douze Généraux Célestes, vus comme la crème de la crème des Onmyouji. Mais ils se révèleront assez creux car très peu développé, à part Ikaruga Samon et Amawaka Seigen que l'on voit un peu plus. Même le chef, Tsuchikimado Arima, me laisse de marbre. Et, une mascotte incarnée en le Shikigami Kinako de Benio, dont chacune des interventions me cassent les pieds par leur ridicule et leur inutilité.
Tout se passe uniquement au Japon, comme d'habitude. Le monde entier est menacé, mais seul ce petit pays intervient. Et l'armée est totalement inexistante, on se demande ce qu'elle fiche.
Le scenario semble suivre le manga au début, à quelques différences près. Quelques scènes s'ajoutent qui étaient implicites ou racontées au passé dans le manga. C'est plutôt pas mal car cela ne nuit pas au mystère de l'histoire. Cependant, d'après quelques témoignages de fans sur la toile, le série suit un autre chemin à partir d'un moment donné. Détail qui m'a agacée fortement: les épisodes sont parsemés de micro flashbacks qui viennent alourdir inutilement la narration et qui rendent un peu culcul l'histoire des personnages. Je ne sais pas si c'était le cas aussi dans le manga, mais on pouvait s'en passer. L'humour potache fera à peine sourire de temps en temps. Bref, très vite j'ai perdu mon intérêt pour cet anime qui ne décolle jamais vraiment et introduit à l'arrache ses personnages et ses péripéties. Dans les cinq derniers épisode seulement, le niveau remonte quand on découvre tout le pourquoi du comment. La fin est d'ailleurs plutôt bien faite. Mais vaut-elle vraiment de se farcir une quarantaine d'épisode bof avant?
Les combats sont à la fois très stylés mais très décevant. Quand les personnages passent dans le Magano, le rendu des couleurs et des textures est d'une grande beauté. Ainsi on change aussi bien de dimension spatiale que graphique. En revanche, je n'ai pas ressenti la même intensité que dans le manga et les bruitages restent souvent timides. Pourtant on reconnaît bien quelques scènes, quelques poses communes, mais la mise en scène est un peu feignante et les combats se résume à des personnages qui sautent et hurlent dans tous les sens. Le système de pouvoir n'est pas très bien défini, on ne sait pas quel talisman octroie quel pouvoir, dans quelle mesure des Onmyouji sont capables d'utiliser certaines capacités et pas d'autres. Bref, quand on regarde, on a l'impression que les spécialités de chacun des personnages sont un peu en freestyle. Seule le système de Resonance se révèle plutôt intéressant. À la limite, les pouvoirs sont mieux définis pour les Impurs et Basara. Mais clairement, les combats ne vont pas nous faire vibrer.
La qualité graphique est surprenante. Contrairement à beaucoup d'animes où les premiers épisodes sont généralement bea et la qualité se dégrade progressivement après, Twin Star Exorcist fait du yoyo. Au début c'est sympa, après c'est moyen et, à partir de la deuxième section de l'anime, l'anime devient bien plus soigné. Parfois les personnages sont dessinés à l'arrache, parfois ils sont beaucoup mieux faits. Une constante toutefois: le rendu des Impurs et du Magano qui demeure très beau, comme je l'ai évoqué auparavant. Autre point à aborder: les OST qui sont assez originales. Au début, elles m'ont semblé kitsch, datant d'il y a quinze ou vingt ans et avec ses sonorité très synthé, mais on s'y habitue et on finit par retenir quelques morceaux très marquants. Un peu à la El Cazador de la Bruja, les musiques sont parfois bien plus poignantes que ce qui se passe à l'écran (en particulier pendant les combats). 

Twin Star Exorcists me laisse un sentiment plus que partagé. L'idée d'avoir deux héros aurait pu être originale si chacun suivait sa propre voie et complexifiaient l'histoire. Mais on reste dans du basique. 

 

Hanoko, tout de vu entre le 17/04/2016 et le 8/11/2017

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Twin Star Exorcists / Sōsei no Onmyōji (双星の陰陽師) (Animes)Wallpaper/fond d'écran Twin Star Exorcists / Sōsei no Onmyōji (双星の陰陽師) (Animes)Wallpaper/fond d'écran Twin Star Exorcists / Sōsei no Onmyōji (双星の陰陽師) (Animes)

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici