Shimoseka

Titre original: 
Shimoneta to iu gainen ga sonzai shinai taikutsu na sekai
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Humour, tranche de vie, ecchi, science-fiction
Date de sortie originale: 
2015 (le 4 juillet)
Date de sortie en France: 
2015 (juillet)
Nombre d'épisodes: 
12
Nombre d'épisodes sortis en France: 
12
Durée: 
24 minutes par épisode
Support: 
TV, streaming, Blu-ray, DVD
Prix: 
Abonnement streaming

Avis

Le pays reprend ses habitants en main. Finis tous les hentai que l'on sait plus dégueu les uns que les autres, éradication des tripotages dans le métro, suppression des blagues salaces du langage, purification de toute pensée obscène. Tout le monde file droit. Sauf que certains ne sont pas d'accord avec cette mesure gouvernementale, comme la terroriste Neige Bleue qui veut mettre la pagaille en répandant images érotiques à gogo parmi la population.
Le Japon est devenu le pays le plus exemplaire de droiture morale, alors que l'on sait bien que les pires insanités pouvaient apparaître dans les hentai. Le langage crado a disparu, mais les pulsions des gens demeurent, latentes. Les ero-terroristes vont s'atteler à raviver ce brasier pas encore éteint. 

Inutile d'en dire plus pour comprendre que nous avons là une série totalement loufoque à l'humour assez décapant. Ayame Kajou se fait un malin plaisir à balancer à la minute autant de mots pornographiques qu'elle peut tout en imaginant des plans d'action pour lutter contre le système. C'est très drôle, l'anime développe très bien son concept grâce à ses personnages tous vachement fun, chacun dans son genre. Le héros paraît peut-être trop classique et banal, mais toutes les crasses qui lui arrivent suffisent à le rendre sympa aussi et il aura ses quelques moments de gloire quand même. L'histoire ne manque pas d'idées farfelues pour nous faire rire. Je craignais un peu que l'anime devienne répétitif, mais le scenario se renouvelle assez bien malgré quelques running gags un peu lassants à force.
Les opposants à la SOX ne manqueront pas, entre ennemis et rivaux, donnant même lieu à quelques combats brefs, mais bien fichus. La seule chose que je regrette est que tout reste trop dans l'enceinte du lycée, j'espérais voir plus d'interventions publiques de la part de l'association SOX. Nous dirons que cette saison une posait les bases et narrait l'émergence de la SOX, dans l'espoir de la sortie d'une saison deux qui irait plus loin dans le concept de révolution nationale du cul.
La réalisation est d'un bon niveau dans l'ensemble pour nous assurer une expérience bidonnante. Mention spéciale à la doubleuse de Saotomo Otome que je trouve fantastique dans ses variations de voix hilarantes! 

Une série très drôle, pour peu que les blagues de cul à répétition ne vous dérangent pas. Certains passages et répliques sont assez trash (plus dans l'idée que dans ce qu'il est réellement montré à l'écran, mais cela suffit à notre imaginaire). Ça vaut le coup d'oeil!
Et si vous souhaitez monter d'un cran dans le délire, Prison School devrait vous satisfaire! 

Hanoko, tout de vu début avril 2016

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici