Nanbaka

Titre original: 
Nanbaka - The Numbers (ナンバカ - The Numbers)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Action, humour
Date de sortie originale: 
2016 (le 4 octobre)
Date de sortie en France: 
2016 (le 4 octobre)
Nombre d'épisodes: 
25
Nombre d'épisodes sortis en France: 
25
Durée: 
24 minutes par épisode
Support: 
TV, streaming
Prix: 
Gratuit en streaming

Opening/Ending

Opening: "Rin! Rin! Hi! Hi!" par Hashiguchikanaderiya hugs The Super Ball

Ending: "Nanbaka Datsugoku Riron♪!" par Yuuto Uemura, Tetsuya Kakihara, Airu Shiozaki, Daiki Kobayashi, et Tomokazu Seki

Avis

Dans une prison réputée la plus sécurisée au monde, une bande de prisonniers s'amuse à jouer à chat avec les gardiens. C'est un peu le sport quotidien pour les uns et la corvée récurrente pour les autres. En avant pour le quotidien de cette microsociété coupée du reste du monde. 

La série commence sur les chapeaux de roue. Le premier épisode est hilarant à souhait, très bariolé et nous présente des personnages totalement barjo. La réalisation accroche directe par la qualité de son dessin, ses couleurs chatoyantes et ses étoiles scintillantes partout. Mon enthousiasme du début m'a tout de même rappelé mon expérience sur Kill la Kill, à savoir un début délirant à cent pour cent mais qui vire à du pseudo-drame et qui perd toute sa fraîcheur. Pour Nanbaka, ça fera du yoyo.
La série commence par nous introduire rapidement les nombreux personnages qui la constitueront. Ils sont tous travaillés et fun chacun à sa manière. Et pas seulement du côté des prisonniers, les gardiens en tiennent une couche et me font peut-être même encore plus rire que les prisonniers qui ont peut-être un peu vite le statut de bouffon. L'humour est d'un niveau peut-être inégal, mais on se paye pas mal de parties de franche rigolade. Et puis à un moment donné, on commence à creuser le passé des personnages, notamment le héros et patatras. On arrive dans du drame lourdingue qui jure avec l'ambiance fofolle précédente et qui ennuie royalement. On aurait aimé qu'une farce vienne en plein tout casser le sérieux passager. Mais l'anime fonctionnera plus par paliers. Un coup de la rigolade, un coup de la pleurnichade.
Cependant, ces côtés dramatiques sont une sorte de mal nécessaire pour introduire le coeur de l'histoire. Dans la deuxième moitié de la série, on trouve un bien meilleur équilibre entre les deux tons et on finit par s'attacher réellement à tous les personnages qui étaient surtout des gignolos auparavant. Cette deuxième partie met aussi beaucoup l'accent sur la baston, avec des équipes improbables qui permettent de développer une bonne partie des personnages présentés. Les scènes d'action se ponctuent aussi avec des moments saugrenus qui conviennent parfaitement. Un joli bond qualitatif donc, qui a fini par me donner vraiment envie de voir la suite et non plus de continuer "histoire de". Il en devient presque épique! 

Avec Nanbaka, on a l'impression d'un anime qui se cherche un peu au début mais qui finit par trouver la bonne recette entre humour, action et péripéties plus sombres. Le fait aussi qu'il se passe en milieu carcéral où les prisonniers et les gardiens sont limites potes apporte une grande originalité et évite les clichés manichéens. Laissez-vous tenter par les portes ouvertes de Nanba

Hanoko, 25 épisode vu, mars 2017

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Nanbaka / Nanbaka - The Numbers (ナンバカ - The Numbers) (Animes)Wallpaper/fond d'écran Nanbaka / Nanbaka - The Numbers (ナンバカ - The Numbers) (Animes)

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici