Kono oto tomare

Kono oto tomare

Titre original: 
Ko No O To To mare! (この音とまれ!)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Tranche de vie, drame, humour, musique
Date de sortie originale: 
6 avril 2019 (saison 1), octobre 2019 (saison 2)
Date de sortie en France: 
7 avril 2019
Nombre d'épisodes: 
13 (saison 1 terminée) + saison 2 à venir
Nombre d'épisodes sortis en France: 
pareil
Durée: 
24 minutes par épisode
Support: 
TV, streaming
Prix: 
gratuit en streaming

Opening/Ending

Opening: "Tone" par Shōta Aoi

Ending: "Speechless" par Yūma Uchida

Avis

Voici un club fort original pour ce lycée: le Koto, instrument de musique traditionnel japonais! Et l’équipe qui le constitue sortira tout autant de l’ordinaire.

 

L’anime commence assez classiquement. Un club déserté qui risque la fermeture, le héros tente tant bien que mal de le sauvegarder, mais c’est l’arrivée d’un personnage providentiel qui vient chambouler la mise. Le premier épisode est assez intéressant, présentant deux profils radicalement opposés mais qui vont se retrouver sur la passion de la musique. De longue date pour l’un et sur le tard pour l’autre. Arrivent ensuite d’autres membres tout aussi hauts en couleur et c’est ce en quoi consistera toute la force de l’anime. En effet, le scenario demeure plus que bateau, il s’agit juste de jeunes qui se lancent dans la pratique du koto, qui vont galérer mais persévérer pour espérer progresser. Classique. Cependant, les membres du club ont tous un caractère très marqué et différent et ont droit à bon un traitement a cours des épisodes. Même les trois potes de Chika, qui ont l’air juste de guignols (mais bien marrants quand même de par leur spontanéité et leur franc-parler) et auront droit à quelques moments, même brefs, où ils auront un tout petit peu plus d’épaisseur.

À l’inverse, cet qualité fait ressortir aussi ce que je reprocherais à l’anime: trop de passages larmoyants qui alourdissent la série sans vraiment apporter de plus. On insiste trop sur la part de drame qu’ont vécu les personnages ce qui rend l’anime peut-être trop gnangnan. Et cela se fait au détriment des passages musicaux de l’anime, qui demeurent au début trop rares et rapides. Pour une série parlant de musique, on met du temps avant d’en avoir à se mettre sous la dent. Néanmoins, l’anime permet quand même de bien se familiariser avec cet instrument et pourquoi pas, donner envie d’en jour.

Visuellement, c’est correct mais pas extraordinaire. C’est le genre de série que l’on aurait aimée voir avec la qualité des Studio Kyoto Animation, mais à l’inverse ceux-ci ont tendance à accentuer trop le côté sentimental de leurs séries (c’est limite leur fer de lance). Donc ce n’est pas plus mal ainsi. Pour faire écho aussi au petit manque de scènes musicales, l’animation des personnages jouant du koto est souvent bâclée, voire absente. Toutefois, nous aurons au moins droit à un final plus soigné pour la fin de la saison 1.

 

Un anime tranche de vie fort sympathique, qui au début se monstre un peu trop avare en musique, mais qui s’améliore avec le temps.

 

Hanoko, un épisode vu le 09/04/2019 puis les treize vus jusqu'à début juillet 2019

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici