Kagewani

Kagewani

Titre original: 
Kagewani
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Fantastique, horreur, mystère
Date de sortie originale: 
2015 (le 2 octobre)
Date de sortie en France: 
2015 (le 2 octobre)
Nombre d'épisodes: 
13 + 13 (saison 2)
Nombre d'épisodes sortis en France: 
13 + 13 (saison 2)
Durée: 
8 minutes par épisode
Support: 
TV, streaming
Prix: 
Gratuit en streaming

Opening/Ending

Opening: "Arrival of Fear" par M.S.S. Project

Avis

Des créatures cachées qui s'en prennent aux humains, le mystère de leur existence, un héros qui les étudie... Une histoire d'horreur fantastique assez classique. Les épisodes seront constitués d'attaque de gros montres qui massacrent des malheureux humains croisant leur route sans qu'on ait l'impression qu'ils cherchent seulement à se nourrir.  

Kagewani semble renouer avec les films d'horreur old school, ce qui n'est pas hyper prenant pour le moment mais qui apporte un peu de fraîcheur dans le monde de l'animation. Ça se laisse regarder, je regrette toutefois que les indices sur les clefs de l'histoire n'aient pas été davantage disséminés dans chacun des épisodes, car la moitié ne semble faire office que de remplissage. Pour la saison deux, le rythme de l'histoire sera plus soutenu et on s'oriente davantage vers l'action que l'enquête. Nous avons un peu plus de travail sur la relation entre les personnages, même s'il n'y a rien de mirobolant.
Graphiquement, on retrouve la même patte que dans Yamishibai: Japanese Ghost Stories d'autant qu'il s'agit du même réalisateur. Ces textures vaporeuses, ces couleurs peu saturées et ces personnages à l'animation à moitié figée, tels des marionnettes. La sauce fonctionne, cela retransmet bien cette sensation d'étrangeté au fil des épisodes. Cependant, pendant les scènes d'action plus intenses, ce style graphique de plans à moitié animés sape un peu l'intensité de ces moments, c'est dommage. On remarque quelques améliorations à ce niveau dans la saison deux, mais la technique reste perfectible.
En revanche, le design des créatures m'a séduite au plus haut point tant il peut être impressionnant, en particulier celui de l'épisode 6. Le character design est pas mal aussi, le professeur Banba a un petit air de Sebastian Castellanos de Evil Within (the), ce qui n'est pas pour me déplaire ^^ 

Kagewani laisse au final une impression de moyen-bien. Cette série vaut tout de même le détour pour ces impressionnantes créatures. 

Hanoko, un épisode vu le 18/10/2015 puis tout de vu

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici