Hen Zemi

Titre original: 
Hen Zemi
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Humour, ecchi, psychologie
Date de sortie originale: 
2011
Date de sortie en France: 
pas de licence
Nombre d'épisodes: 
13 (terminé)
Durée: 
15 minutes chacun
Support: 
TV

Avis

"Celui qui se nomme Abnormal Physiology Seminar dans la langue de Shakespeare est un anime vraiment, mais alors vraiment, particulier.
Hen Zemi traite des paraphilies (perversions sexuelles pour simplifier) d'étudiants apparemment largués par la société. L'une est complètement nymphomane, soumise à tous les fantasmes de ses comparses, l'autre adore être trompé par sa copine... Et dans ce florilège de bizarreries humaines, Nanako, l'innocente jeune femme qui essaye de comprendre et se lâcher. Pas évident, surtout quand on voit le niveau des autres du groupe ! Vous voulez voir des barges, ben regardez cet anime.
Du coup, l'ecchi est au rendez-vous, tout comme l'humour. Les deux sont omniprésents sans tomber dans l'abus. Les situations sont ubuesques, parfois ridicules, et ça me fait bien rire. La pauvre Nanako est ballotée par la folie douce de ses compagnons d'études et peine vraiment à maintenir le cap. Va-t-elle finir comme eux ? En tout cas, au fil des épisodes, on la voit doucement se lâcher, non sans peine. Ce qui prête également à sourire.
Graphiquement, c'est pas franchement beau, disons que c'est particulier. ça colle bien à l'anime quoi. Tout est en rondeurs, les personnages ne sont pas spécialement fins ni gracieux. Le chara-design est original mais j'ignore si l'adjectif est péjoratif ou non dans ce cas. L'animation est léchée, et les couleurs pétantes. Un cocktail détonnant qui ajoute une couche de folie dans le titre.
Musicalement, pas d'opening à proprement parlé, seulement un morceau de gratte électrique qui dépote. Un ending funny.
Je reviens sur le côté ecchi de l'anime pour souligner que certaines scènes, bien que jamais explicites, sont carrément tendancieuses. Les fantasmes des uns, même s'ils font le bonheur de certains, restent vraiment... particuliers... Je n'avais pas pensé à tout ce qu'ils imaginent. D'ailleurs, on en apprend un peu sur certaines pratiques typiquement nippones (du moins, dans le folklore sexuel du japonais moyen).  

Une tranche de culture sur un morceau d'humour, saupoudrée de pépites de folie douce... J'aime, j'adore, adopté ! 

DDG, le 15/12/11

Dragon de givre

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici