Blue Gender

Blue Gender

Titre original: 
Blue Gender
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Horreur, post-apocalyptique, action, SF, mecha
Date de sortie originale: 
1999-2000
Date de sortie en France: 
2002
Nombre d'épisodes: 
26 (terminé)
Nombre d'épisodes sortis en France: 
26
Durée: 
25 minutes
Support: 
TV, streaming, DVD
Prix: 
gratuit en streaming

Avis

"Blue Gender est un anime sur lequel je suis retombée tout récemment. Malgré son âge (15 ans tout de même), il conserve des qualités visuelles et scénaristiques incontestables. Il faut toutefois savoir conjuguer avec la quantité impressionnante de violence qu'il renferme, tant pour les yeux que pour les nerfs. Un anime pour adultes, à n'en pas douter.
L'histoire nous plonge dans un univers post-apocalyptique où les Blue, d'énormes insectes, ont bouloté une bonne partie de l'espèce humaine. Les survivants ont déserté la Terre pour se rendre dans l'espace, dans une station spatiale nommée Second Earth. Au milieu de ce capharnaüm se réveille Yuji, un condamné par la maladie, cryogénisé dans l'espoir que les progrès futurs de la médecine le sauveront. Comme réveil, on ne fait pas mieux ; tu penses te réveiller et être sauvé de la maladie qui te ronge, et tu te retrouves nez à nez avec une sale bête cinq fois comme toi qui cherche à te manger... Heureusement, il est aidé par l'équipe qui devait récupérer les Sleepers, les humains endormis tels que Yuji.
Le début est fort captivant car très proche des réactions que nous pourrions avoir dans ce genre de situation. Yuji est terrorisé, il ne sait plus où il en est et en vient même à penser qu'il vaudrait mieux mourir que d'affronter la réalité dans laquelle il se réveille. Les membres de l'équipe d'intervention se sont blindés, n'ayant presque connu que cet univers apocalyptique. Ils ont une mission et ne souhaitent que la remplir, en oubliant parfois la morale. Marlène est le genre d'héroïne forte et implacable qui cache de terribles failles. Elle se montre sans pitié avec Yuji dans l'objectif de le pousser à survivre.
Vous l'aurez compris, l'anime est assez "raide" dans les idées qu'il présente. Pour survivre, il faut savoir se montrer plus monstrueux que tes ennemis. Les combats sont légion, très difficiles malgré les équipements dont dispose notre équipe, à savoir des mecha. J'aime bien ce côté "sur la brèche". Ce n'est pas parce que ce sont les héros qu'ils ne vont pas un peu "en chier". En l'occurence, la violence est présente et nombreuses sont les pertes. Les images choc se succèdent et contribuent à l'aspect parfois peu soutenable de l'anime. De plus, on peut noter des scènes de sexe, ce qui me semble logique dans l'optique d'un anime pour adultes.
Le dessin est somptueux. Dans la lignée des Neon Genesis Evangelion ou encore de Chroniques de La Guerre de Lodoss, Blue Gender se targue d'avoir une animation léchée, un chara-design exceptionnel et une ambiance magnifiquement bien retranscrite. Je n'adhère toujours pas au design des nez des personnages, mais ce n'est qu'un détail. Malgré ses 15 ans, l'anime a toujours le mérite de nous en mettre plein les mirettes. Les mecha sont géniaux, les monstres également. Ceux-ci sont bel et bien effrayants au possible, et passablement dégueulasses. J'ai plusieurs fois reculé de l'écran à leur vue...
La musique est sympa, mais je dois avouer n'y avoir prêté que peu d'attention. L'opening est du pop-rock en dessous du régime proposé par l'anime. L'ending est une balade qui ne m'apparaît pas avoir sa place ici.  

Au final, un anime qui décape, très beau mais aussi très rude. Enfants, s'abstenir." 

DDG, le 05/01/14, 3 épisodes vus.

A noter la sortie d'un film d'animation en 2002 au Japon, nommé Blue Gender : the Warrior.

Wallpapers

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici